Dépasser la gauche

Je souhaite développer davantage mon propos d’hier. Le clivage gauche-droite me paraît très gênant et limitant pour la démocratie, même s’il a pu avoir son utilité.

1. Dépasser le marxisme et les concepts diviseurs

AntiCap5.jpgLe concept même de lutte des classes dresse une partie de la société contre une autre. Cela ne peut qu’entraîner des tensions sociales préjudiciables à l’ensemble. Le féminisme - qui est devenu un marxisme déplacé sur la lutte des genres, l’écologie politique - pour qui l’économie est la cause des malheurs de la planète, font partie de ces concepts diviseurs. Il faudrait développer une pensée la plus globale possible, tenant compte dans un même mouvement des différentes nécessités des société humaines.


2. Soutenir la liberté

Fondement de la libre conscience et du libre choix de vie, la liberté individuelle reste un socle indiscutable. Donc, promouvoir plus de responsabilité et de conscience personnelle, sans tout mettre en boîte par des lois. Dans cette liberté celle d’entreprendre fait partie de ce socle. La majorité des entreprises sont des PME, soit des artisans qui ont pris des initiatives et des risques. Cela fait partie de notre richesse. Les grandes sociétés aussi.


3. Prospérité et bien commun

Le capitalisme a fait notre prospérité. Même si tous n’ont pas accès identiquement à cette prospérité, notre situation est bien plus enviable dans dans le passé. Mais le marché seul ne peut tout faire, trop soumis à des fluctuations qui ne sont pas seulement le fruit des conjonctures. Pour qu’un groupe vive en paix, tous ses membres doivent avoir une part du gâteau. C’est donc l’intérêt du capitalisme que de partager une partie des richesses, la paix sociale et la prospérité en dépendent. On ne peut laisser des membres d’une communauté sur le bas-ôté. Cela c’est la jungle, pas la civilisation. Par exemple je reste choqué par les parachutes dorés de certains dirigeants, même quand ils ont fait couler l’entreprise (Swissair, par ex.), Il y a donc besoin d’un encadrement au libéralisme, pour assurer sa pérennité.


4. Le volet social

La droite s’en occupe un peu, mais pas assez. Elle l’a laissé à la gauche ou à l’extrême-droite. C’est une erreur. Le capitalisme doit s’occuper de social, cela d’autant plus que c’est lui qui produit la prospérité. La gauche ne fait que vivre sur les gains du capitalisme et à son crochet, sans produire de richesse, et sa résistance à la culture d’entreprise est un frein social. Ou alors elle tombe dans la dictature du prolétariat, qui n’est qu’une dictature, et qui économiquement ne marche pas sans appauvrir sa population (URSS, Corée du Nord, etc).


Dans une perspective durable où le libéralisme s’accompagne d’un volet social et d’une préservation de nos ressources (écologie intégrée), il n’y a plus besoin de la gauche. Cela ne supprime pas le pluralisme politique, il y aura toujours des nuances, mais les compétences et l’intelligence primeront sur l’idéologie.

Vive la République de l’intelligence et des compétences!


Et une pensée pour eux:
Tripoli3.jpg
Catégories : Politique 44 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Les libéraux et les socialistes bobo = même clan. Conservateurs, inertes, incompétents, il n'y a même pas de clivage gauche-droite. C'est du même gabarit. Si la droite n'avait pas été conne, la gauche n'aurait pas avancé à grand pas! Espérons que pour la nouvelle Constituante, les électeurs saurpnt voter pour autre choses que ces partis dépassés, opportunistes ...

  • "La gauche ne fait que vivre sur les gains du capitalisme et à son crochet, sans produire de richesse..."

    Cette affirmation dénote une méconnaissance totale de l'économie. De plus elle est méprisante à l'égard des travailleurs - la plupart de gauche - qui produisent les richesses dont bénéficie le "GRAND CAPITAL"

  • "De plus elle est méprisante à l'égard des travailleurs - la plupart de gauche - qui produisent les richesses dont bénéficie le "GRAND CAPITAL"
    Voilà juste un petit pas de 200 ans en arrière dans le débat. Nous voilà bien partis...

  • Fred, l'économie d'Etat n'a jamais vraiment fonctionné, sauf en posant des règles du jeu autoritaires. Pas de vrai choix, pas de liberté de création de sa propre entreprise. Alors bien sûr les travailleurs participent à la création de la richesse et de la prospérité collective. Les entreprises ne fonctionnent pas toutes seules. Mais ce ne sont pas eux qui prennent le plus grand risque, qui investissent, qui créent. Leur participation est évidente, et ce n'est que justice qu'ils bénéficient d'une partie du produit de leur travail. C'est le salaire. Après, la question des inégalités est autre chose. On pourrait ensuite se poser la question de savoir s'il y a une vraie liberté de choix et de création pour la classe moyenne, face aux puissances accumulées par certains "Grands capitalistes". Oui et non. Je ne peux pas créer une multinationale tout seul en partant de rien. Mais il faut arrêter de penser que les capitaux ne cherchent qu'à faire du tort aux gens qui travaillent et à la société. Ca c'est la vision paranoïaque marxiste. L'argent cherche l'argent, bien sûr, mais si un produit ne peut être acheté, l'entreprise coule. La redistribution est une condition de la prospérité.

    Il faut arrêter avec ce dénigrement de tout ce qui est entreprise et argent. Et ne pas oublier que beaucoup de grandes entreprises actuelles sont partie de peu, il y a longtemps, se sont construites progressivement, à force de courage de leurs "patrons" (terme honni par la gauche, je sais, mais bon sang arrêtons de voir un salaud dans chaque patron).

    A part cela, la gauche a eu historiquement son rôle à jouer. C'était il y a longtemps. Mais la gauche n'est pas "les travailleurs". Et un discours comme celui de bien des leaders de gauche reste anti-entreprise.

    Alors, on peur sûrement mieux partager. On peut encadrer par exemple la spéculation, qui semble faire plus de tort que de bien aux sociétés industrielles.

    Le capital social, c'est plutôt de droite, c'est comme cela, mais cela devrait être de partout. La gauche voudrait le social sans le capital. C'est une impasse.

  • Quel beau texte pour essayer de nous faire croire qu'il n'y a pas de dominants ni de dominés dans ce monde, que tout est beau dans un monde de gentils artisans qui prennent des risques et de multinationales bienveillantes pour l'humanité... un monde où la liberté fondamentale, le socle serait la liberté "d'entreprendre"! Pas la liberté d'expression, de mouvement, la liberté de vivre dans un environnement sain... non, "le socle" de notre société serait la liberté d'entreprendre!

    Incroyable. Mais vrai. Il y a vraiment des gens qui pensent ça.

    "Même si tous n’ont pas accès identiquement à cette prospérité, notre situation est bien plus enviable dans dans le passé."

    Ahahah. À l'heure où il n'y a jamais eu autant de milliardaires et d'ultra-riches, pendant que presque un milliard d'êtres humains souffrent toujours de la faim, particulièrement là où les multinationales agro-alimentaires imposent leur domination et la privatisation des biens essentiels partout où elles peuvent (eau, semences, etc.), c'est un nouveau genre d'hyper-euphémisme que de dire que "tous n'ont pas accès identiquement à cette prospérité".

    Notre situation de suisses est certes peut-être un peu plus enviable que par le passé, mais peut-on franchement raisonner ainsi au pays de Nestlé, qui est l'un des agents les plus actifs dans la mainmise de l'occident sur les ressources des pays pauvres pour assurer précisément notre prospérité!

    Il existe, et il existera toujours une différence fondamentale entre les gens comme vous qui postulent que l'argent peut réguler la majeure partie des activités humaines, et que la finalité de l'homme est "d'entreprendre", de "faire du business", d'améliorer égoïstement sa qualité de vie à lui-même indéfiniment et de participer à la croissance économique... en acceptant sans broncher la domination des puissants, en acceptant sans broncher que le capitalisme tolère des écarts de salaire allant de 1 à 650 dans la même entreprise, voire le même monde.

    Je reste donc fondamentalement anticapitaliste, féministe et profondément teinté d'écologie politique, car je sais en plus que notre "prospérité" que vous défendez comme s'il s'agissait d'une liberté fondamentale n'est le plus souvent qu'un consumérisme fou qui créée des gaspillages gigantesques et surtout qu'elle est INTRANSPOSABLE aux 6.5 milliards d'êtres humains qui peuplent cette planète aux ressources finies et aux capacités limitées d'absorption de nos pollutions!!!

    Si nous sommes aujourd'hui un milliard et demi à être si "prospères", c'est bien parce qu'une immense majorité de la population mondiale vit avec presque rien. Si tout le monde vivait comme des Suisses, il faudrait 3 à 4 planètes... c'est donc bien grâce au fait que certains crèvent la gueule ouverte que nous pouffons nous empiffrer de ressources et gloser sur notre fabuleuse prospérité "d'hommes libres"!

    Tout ceci, votre idéologie capitalisto-libérale (car c'est une idéologie!) ne l'a absolument pas pris en compte. La théorie économique existante ne connaît pas la limitation des ressources (eau, pétrole, renouvellement des forêts, disparition des espèces, réchauffement climatique, etc.)... alors que c'est précisément le défi principal qui nous attend au XXIè siècle.

    Vous avez deux trains de retard. Le XXIè siècle sera de gauche : humaniste, sobre, partageur, généreux, démocratique et respectueux des hommes et de la nature, ou alors il sera ultra-capitaliste et plein de guerres pour les ressources (cf. l'invasion US en Irak pour le pétrole), parce que si notre "prospérité" que vous vantez tant n'est "pas négociable" (comme dirait G.W.Bush), il nous faudra aller chercher les ressources (pétrole, uranium, eau) par la force.

    À vous de choisir.

  • Bonjour !
    ça me rappelle...

    - Que fait le capitalisme ? Il court à sa perte.
    - Que veut le socialisme ? Dépasser le capitalisme.

    ;o)

  • @ Blondesen:

    L'humour, rien de tel pour alléger les débats sérieux! Merci!

    @ Sandro:

    Merci pour votre commentaire. J'assume pleinement ce que j'ai écrit, bien que je ne sois pas un "grand capitaliste" et que comme tout le monde je me débrouille avec ce que j'ai. Votre contribution m'amène à préciser quelques points, c'est l'intérêt du débat, y compris du désaccord et des visions différentes.

    Je ne prétends pas que l'organisation actuelle du monde soit parfaite. Oui des milliards d'humains vivent avec presque rien. Toutefois le problème n'est pas si simple. La fin de la ruralité en environ 2-3 siècles, et le développement de l'industrie a généré de nouvelles données: à la fois plus de richesse pour certaines régions et catégories, et moins pour d'autres. Ce déséquilibre n'est pas encore compensé. Et c'est un vrai problème en termes humain, de survie pour beaucoup, d'environnement, etc.

    Cela ne veut pas dire que le système est erroné en lui-même. Le capitalisme a débuté il y a plus ou moins 10'000 ans, avec l'élevage et l'agriculture. Cela a permis à notre espèce de ne plus vivre de façon aléatoire et de se développer. Car survivre et se développer est la loi de toute espèce, sans quoi elle est condamnée à disparaître.

    Je dissocie la question du pouvoir et de la domination de la question du capitalisme. Le pouvoir et ses excès n'est ni de gauche, ni de droite, il est de partout. C'est un problème fondamentalement humain, qu'on retrouve dans toutes les sociétés et dans tous les systèmes d'organisation, de droite comme de gauche. Cela doit être travaillé en profondeur.

    Par exemple, je m'oppose fondamentalement aux OGM, moins pour le risque éventuel sur lequel on manque de recul (ce qui en soi devrait inciter au principe de précaution), que pour la mainmise sur l'alimentation mondiale. Pour moi le principe d'autonomie est fondamental, individuellement et collectivement. Il n'est pas normal que des paysans ne puissent plus avoir leurs propres semences agricoles et doivent les racheter chaque année. Or ça c'est le système Monsanto. A mes yeux c'est inadmissible et anti-humain. C'est criminel.

    La liberté d'entreprendre n'est qu'un aspect de la liberté, c'est celui qui est le plus mis en cause par l'idéologie de gauche. Mais nous avons, je crois, en Suisse et ailleurs, une grande liberté d'expression, de création artistique, de croyance, de pensée, de choix. Cela pourrait-il être plus? Pourquoi pas, toujours plus est aussi très humain. Mais c'est déjà beaucoup. Je défends toutes les libertés, y compris celle de ne pas être d'accord avec moi.

    La relation entre Pouvoir et Liberté a toujours été difficile. Je crois que nos sociétés ont pas mal avancé. Mais encore un mot sur le pouvoir et la domination: cela ne se travaille pas par des lois ou des dictatures, fussent-elles du prolétariat. On a vu, non merci. On ne change pas la nature humaine par un système autoritaire. On peut discuter des privilèges, ça c'est un vrai débat. Pour moi une fonction ou une richesse ne procure pas de privilège, mais devrait inciter à plus de responsabilité humaine.

    Comment développer cela sans loi autoritaire? Les religions ont essayé, mais se sont piégées elles-mêmes dans le pouvoir, la domination et les privilèges. Je n'adhère à aucune d'entre elle. Je suis un humaniste.

    Sur ce dernier point, je cite votre phrase: "Le XXIè siècle sera de gauche : humaniste, sobre, partageur, généreux, démocratique et respectueux des hommes et de la nature". La gauche n'est pas particulièrement humaniste, elle défend une corporation, une élite, des privilèges de politiciens. L'humanisme doit à mon sens dépasser le corporatisme et les clivages, il doit respecter également chacun. Je précise que je ne pense pas que nous soyons actuellement dans une société humaniste. La gauche est culpabilisée de nos richesses et irréaliste en matière d'humanitaire. La sobriété de la gauche? Par des lois et des contraintes, probablement, car elle ne propose fondamentalement aucun moyen novateur pour faire élever la conscience individuelle. Le partage? Très, très relatif. C'est souvent vider les caisses. Généreux? La générosité n'est pas une gestion politique de l'économie, c'est une valeur humaine. Ne pas confondre. Démocratique? La démocratie est déjà là, et lesw "Républiques démocratiques socialistes" ne sont pas des modèles du genre. Respectueux des hommes et de la nature? Le respect n'est pas plus distribué à gauche qu'à droite. Et quand je vois la guerre des sexes menées par le féminisme radical de gauche et relayé par les magistrats de gauche, il y a du chemin à faire... L'environnement: cela doit être pris en compte par tous les systèmes politiques et économiques, c'est la survie de l'espèce qui est en jeu. Donc pas spécialement de gauche.

  • Au fond, je suis peut-être de "drauche"... à moins que ce soit de "groite"...

  • On est au coeur du débat : "La gauche de Beer, Pürro, Tornare, Ueli le climatique, Cramer, et tous ceux qui décident à d'autres niveau dans la vie associative n'est pas particulièrement humaniste, elle défend une corporation, une élite, des privilèges de politiciens. L'humanisme doit à mon sens dépasser le corporatisme et les clivages, il doit respecter également chacun. Je précise que je ne pense pas que nous soyons actuellement dans une société humaniste."

    Sans la loi pour les Emplois Temporaires Cantonaux de Calmy-Rey, on n'assisterait pas aujourd'hui à une Genève où le taux de chômage est le plus haut de Suisse et où les salaires sont les plus bas (un prof à 3'500.- pour une disponibilité au travail de 100%, c'est du vécu)! Elle, elle a réussi à devenir cheffe d'état alors que tant d'autres sont jetés dans une extrême précarité. Avec les emplois solidaires (votation qui a rendu heureux un seul homme) dont beaucoup de gauchistes profitent à la tête de certaines associations subventionnées car c'est de la main d'oeuvre "gratuite" pour eux, on ne fait que renforcer les saloperies qui durent déjà depuis trop longtemps!
    Par-devant "il faut aider les démunis", par-derrière, un coup de pied dans le cul de celui qui veut s'en sortir tout en brandissant les lois-cadres en vigueur.

    Pour moins que ça, il y aurait eu révolution. Au lieu de cela, un peuple endormi, sans pouvoir d'achat, vivant dans des cages à lapins, à qui on demande de faire des efforts pour rien et des carrières de politiciens qui s'envolent vers les hautes sphères du pouvoir!

    Bravo à Hommelibre de rétablir quelques vérités contre des clichés qui ont la vie longue, décidément.

  • Sandro, Sandro, (avec hochement de tête navré...)

    "Le XXIè siècle sera de gauche : humaniste, sobre, partageur, généreux, démocratique et respectueux des hommes et de la nature."

    Et il le sera quitte à imposer ces nobles valeurs par la force et la répression ? Ca peut se faire, mais alors enlevez de la liste "humaniste et démocratique". Quand au respectueux des hommes, peut-être de leur santé comme pour la cigarette, mais certainement pas de leur liberté. Peut-être qu'avec l'URPE (Union des Républiques Populaires d'Europe) c'est faisable...

    Parce qu'un changement spontané de la nature humaine me semble improbable. N'y avait il pas quelques hippie dans les années 60-70 qui annonçaient avec l'avènement de "l'ère du verseau" une grande période de paix et bonté ? Je crois qu'ils attendent toujours.

    AF

  • Pour réconciler ceux qui veulent moins d'Etat tout en étant solidaire, pourquoi pas un revenu minimum universel ?

    Tout le monde touche le minimum vital: ce serait une grande simplification pour le système social.

  • @Ptitsuisse

    Le revenu minimum universel, c'est pas deja virtuellement le cas dans les banlieues françaises "sensibles" ? Logement gratuit, secu et RMI pour tous, ça revient au même non ?

    Mais on ne peut pas vraiment dire que ce soit devenu pour autant des endroits de rêve, phare de l'utopie et exemple pour le reste du monde...

    AF

  • J'ai des amis de gauche et de droite, tous gens que j'estime et apprécie, et que j'affectionne. Parfois on se prend de bec sur nos visions politiques, car pour la droite je suis parfois trop à gauche: je défends un Etat régulateur et des règles d'encadrement du libéralisme; pour la gauche je suis trop à droite, vous avez lu les commentaires plus haut.

    En fait j'aime être sur des positions sensées, réfléchies, pas sur des clivages et des systèmes d'action-réaction type gauche-droite.

    Je veux employer tout mon cerveau, pas la moitié!

    Par exemple, ma position sur les OGM et Monsanto, criminels de vouloir mettre la main sur l'alimentation mondiale, me fait passer pour un anti-libéral, un gauchiste. Idem pour ma défense d'un Etat régulateur. Mais je suis mes convictions, avec certains principes fondamentaux. L'autonomie individuelle et des peuples est un de ces principes. Donc Mon santo et les OGM vont contre ce principe. Voilà d'où vient ma position: d'un principe, pas d'une réaction émotionnelle.

    Je pense que le débat sur le dépassement du clivage gauche-droite est très important. Il faut changer les réflexes conditionnés, les schémas inscrits qui ne sont plus des positions réfléchies. Changer en fait les connexions de nos neurones. Faire vraiment bouger les lignes. Oser soutenir un postulat de gauche quand il est intelligent, utile et respectueux de certains principes. Idem pour la droite. Cela n'est pas facile de changer nos fonctionnement mentaux et émotionnels, nos schémas réactifs. Souvent l'adhésion à tel ou tel système vient de raisons plus ou moins inconscientes. Faire la part des choses, et développer l'intelligence plutôt que les clivages, c'est un challenge qui m'a toujours intéressé.

    Sortir du clivage est un challenge intellectuel pour les penseurs modernes, et peut-être un projet de mise en commun de toutes les forces plutôt que de se battre pour son pré personnel. Je défends aussi le mien, mais de droite ou de gauche je soutiens celui ou celle qui souffre, celui ou celle qui a faim, celui ou celle qui vit l'injustice. Par contre mes solutions ne sont pas automatiquement des réflexes de gauche.

  • Diviser pour mieux régner...tant et aussi longtemps que les humains adopteront cette devise et se laisseront diviser, ils pourront être facilement opposables, les uns envers les autres, les dirigeants, gagnant ainsi la paix...

  • A mes yeux il y a de belles et bonnes personnes à gauche comme à droite. Cela m'importe plus que le clivage politique. Je respecte une personne sincère et honnête intellectuellement d'où qu'elle vienne. Je ne considère pas que les gens de gauches sont sans personnalité.

    Je cite ici QUELQU'UN, pour qui: ..."si vous avez un minimum de personnalité et que vous ne voulez par rentrer dans le « moule », et bien vous avez encore l’Usine, mais ce sera bientôt l’unique endroit restant."

    Et aussi, sur Genève: "C’est de plus en plus une ville de riches et de personnes sans intérêts". Ce qui signifie que pour lui hors des socialistes et des alternatifs, il n'y a pas de personnalité. Un sommet intellectuel, ce QUELQU'UN! Merci pour le clivage.

    Je le plains ce pauvre homme qui ratisse du "djeune" pour la gauche avec sa démagogie. Pensez: "Et bien excusez-moi le terme, mais à Genève on se fait chier !" Il a donc besoin des subventions pour ne pas se faire chier? Il ne sait pas être créatif par lui-même? Il n'a peut-être pas assez de personnalité pour s'activer de lui-même...

    Ca c'est la gauche, hélas, pleurnicheuse et passive. Mais s'il se fait chier à Genève, personne ne le retient.

    Mais quand-même, je lui trouve un point positif à ce représentant de la gauche:

    "Sauvons Genève ! Il faut trouver des solutions pour trouver un moyen de sauver ce qui reste de nos lieux culturels! Forçons les autorités à nous entendre!"

    D'une part il prêche pour "trouver des solutions". Ca c'est bien, ça ne mange pas de pain comme phrase. Mais en a-t-il lui à proposer? Nada... D'autre part il ose, bravement: "Il faut forcer les autorités à nous entendre"".

    Fichtre, quel courage... Mais quelles propositions devraient elles entendre ces autorités? Il n'en fait pas une. Et comment les forcer? A la kalachnikov? Les pavés rue de l'Hôtel de Ville? La grève de la faim sur Plainpalais?

    Allons, allons, voyons jusqu'où va le courage au-delà des mots sans lendemain sur un blog.

    Ca c'est la gauche...

  • QUELQU'UN, alias "QUELQU'UN", n'est pas à son coup d'essai.
    Je lui ai même consacré une catégorie, à lui tout seul, plus qu'il ne veut pas dialoguer avec des gens censés.
    Refuser le dialogue est typiquement BLUB, comme attitude !

    Je ne lis même plus son blog, tellement c'est BLUB, BLUB et BLUB...comme UN AMI LYBIEN, en somme, un autre socialiste !

  • Oui, ils devraient partir en BLUB ensemble... C'est vrai que son blog et aussi très BLUB comme style. Pourtant, un grand BLUB comme lui...

  • Victor ! hommelibre !
    Vous devriez être censurés "vu le niveau..." !

    ;o)

  • Aïe, Blondesen m'a démasqué, il a vu le niveau d'huile (de grosses huiles sinistrogyres), pas la peine d'en rajouter sur le feu!

    - Ah, hommelibre, comment pouvez-vous passer du sérieux à la blague si facilement? On doit être OU sérieux OU drôle.

    - Et bien moi ma philosophie ce n'est pas OU/OU, c'est ET/ET. ET sérieux ET drôle. Les deux sont compatibles, mon colonel.

  • La censure n'a pas gagné le cœur d'un homme libre...que celui d'un socialo démago, comme supercitoyensuisseetfierdel'être...

  • @ JUDITH.

    Après trois petits tours et puis s'en vont, Calmy-Rey s'en est allée à Berne faire son manège. Elle aura laissé de son passage une comptabilité créative avec une grande transparence dans les comptes, une Banque Cantonale avec un trou certes moins abyssal que la dette genevoise mais de toute de même que les gentils contribuables se sont vite empressés ( et sont encore en train) de combler, puis la loi sur les Emplois temporaires cantonaux à la sauce solidarité et j'en passe... Maintenant, aux commandes de la diplomatie suisse, elle mine le terrain avec des dossiers épineux en Colombie (les FARC sont des révolutionnaires méritants), en Libye (Khadafi, ami de certains socialistes qui détient tout de même en otage 2 suisses innocents). Elle (se)proclame aussi par pure conviction en faveur de l'Etat Kosovar (toujours la même idée de défense des plus pauvres). Pour ma part, une gauche représentée par une femme aussi butée aux commandes d'un Département stratégique est une crime devant ...

  • BLUB! QUELQU'UN VEUT ME CENSURER! INCROYABLE!

    Si, c'est vrai. QUELQU'UN (car c'est quelqu'un vraiment...) m'a écrit ce qui suit (les BLUBS sont de moi):

    "Bonsoir.

    Juste vous demander retirer les commentaires à mon égard et ceux qui disent que je suis comme le BLUB BLUB merci!

    Sinon je vais vraiment finir par me fâcher et j'utiliserai un autre moyen pour faire effacer ces commentaires. Les insultes à mon égard sont assez graves !

    Je trouve aussi votre blog un peu trop démago et populiste donc chacun son truc...

    Merci de le faire et très vite

    Avec mes meilleurs messages

    QUELQU'UN"

    Ah, ne voulant pas choquer ce jeune homme à si forte personnalité, je ne le citerai pas nommément, et j'ai modifié les commentaires 4, 5 et 6 en commençant par le bas depuis celui de Demain @ Judith, juste au-dessus. J'ai remplacé les mots d'origine par QUELQU'UN ou BLUB. Les menaces pour des commentaires qui n'avaient rien de diffamant, je trouve un peu fort. Surtout quand ce Monsieur QUELQU'UN traitait président français comme suit:

    "ce grand raciste de Sarkozy !" et on ne sait pas si c'est Cali qui l'a dit ou lui, mais il le redit, il l'assume donc. Raciste, c'est une diffamation, cela! Il me semblait qu'il y avait une tolérance à l'égard de la critique quand soi-même on s'y exerce.

    Je n'ai pour ma part effacé qu'une fois 2 commentaires qui insultaient ma vie privée, ce qui n'était plus de l'ordre de la polémique mais beaucoup plus grave. Pour le reste, je laisse tous les commentaires, même ceux qui me sont défavorables. Question d'honnêteté intellectuelle.

    Mais tous les citoyens, suisses ou autres, n'ont pas cette vision des choses.

    Ca, c'est la gauche...

  • Note de hommelibre:

    Ici Victor est très, très fâché. Et c'est que le prénom. Il s'est emporté. Mais je ne veux pas qu'il se fasse du mal. Excusez-moi, Victor, ce n'est pas mon habitude, mais je change votre commentaire.

    Faites-en une histoire, une allégorie, mais pas avec des mots si durs qui pourraient vous valoir de vrais ennuis. Ce n'est pas utile ici. Goûtons notre liberté, polémiquons, poétisons, rions, politiquons, etc, mais pas de mots si durs.

    Je vous comprends Victor. Merci de me comprendre.

  • CENSURE CONTRE MOI: j'ajoute que si la TdG estimait que mes remarques passent la ligne jaune, et me demande d'en nuancer certaines, je l'accepterais, car c'est quand même leur maison, pas la mienne. La TG est arbitre un peu quelque part, si elle souhaite l'être. La polémique est utile mais elle peut avoir ses limites. Je joue le jeu. Et j'apprécie fort la liberté d'expression ici.

  • Non, Victor, celui-là de commentaire je ne peux pas vous le laisser, je vais l'effacer. Ce n'est pas contre vous, mais le venin n'appelle que le venin. Et là vous utilisez des mots sur lesquels ce citoyen pourrait vous chercher noise. Je veux vous l'épargner. Nous avons une belle liberté dans ces blogs, des contacts intéressants, ne gâchons pas tout.

    Me comprenez-vous Victor? Bien à vous.

  • @ hommelibre

    Je vous que vous rigolez bien, c'est très bien, il faut bien s'amuser un peu dans une ville morte comme Genève grâce à votre droite.

    Je vous remercie d'avoir retirer les commentaires qui m'insultait gravement. Je ferais de même à votre égard si le cas se présentait.

    Je vous demande de garder le dernier commentaire de Victor Dumitrescu, car il a dépassé les bornes et je vais sûrement porter plainte contre lui pour insultes graves à mon égard. J'ai déja averti le responsable des blogs.

    avec mes meilleurs messages

  • C'est Michel Tedeschi qui cherche la merde et des poux a tout le monde !
    C'est lui qui propage le venin...

    Bien à vous,

    Tout commentaire effacé lui donneras raison...c'est ce qu'il cherche...

  • Michel Tedeschi utilise la même stratégie que Christian Brunier avec Thierry Cerutti, qui soi.disant l'a traité de "voix de fiotte"...

    HONTE MICHEL, HONTE !

    Comment osez-vous censurer chez les autres !?
    Occupez-vous de vous même ça nous changeras pour une foi !

  • Michel:

    "Je vous demande de garder le dernier commentaire de Victor Dumitrescu, car il a dépassé les bornes et je vais sûrement porter plainte contre lui pour insultes graves à mon égard. J'ai déja averti le responsable des blogs."

    Si je te chope aussi avec une plainte...Sarkozy raciste ?

    Toi, tu as tous les droits ?
    Mais depuis quand ?

    A part te plaindre à la maîtresse, tu n'a rien appris de ton passage sur les bancs de l'école ?

  • Comme par enchantement, tous mes commentaires, rigolos, censés...de toute nature, disparaisse...
    Stéphane Valente et moi, t'avons dis (écris) à plusieurs reprises que tu te trompais, que tes notes ne sont pas si véridiques...propager des démi-vérités, tirées par les cheveux, ça tu sais y faire, Michel...

    Mais dès que la vérité véritable, t'apparaît sur ton blog, hop...tu efface...

    Tu en deviens ridicule...à la longue...

    De toute manière, ton blog, j'y viens plus, noie toi avec tes mensonges...

  • Note de hommelibre:

    Non, Victor, s'il vous plaît... Nous avons tant d'autres choses intéressantes à échanger!

    Je change encore une fois ce commentaire, vous avez trop d'énergie pour la perdre ainsi...

    Je ne me sens pas atteint ou diminué par la demande de citoyensuisse. Revenons au débat, sinon mon billet va perdre son intérêt. Merci.

  • @ citoyensuisse:

    Non, je ne garde pas le dernier commentaire de Victor. Je pense que c'est quelqu'un de sincère qui fait une vraie recherche, même si parfois il ses mots s'envolent...

    La droite n'est pas "ma" droite, cher citoyensuisse. Je suis difficilement classable car je ne marche pas aux clichés. J'ai une vraie pensée. Cela dérange sûrement, mais c'est ainsi.

    Et Genève n'est pas une ville morte. Je n'ai pas attendu la gauche - ni la droite d'ailleurs - pour faire ma vie, avoir de l'audace, être créatif. Je ne pleurniche pas. Par contre j'ai vu comment la gauche fait la justice. Je l'ai vu de très, très près. C'est une honte! Un déni, un outrage à citoyen.

    Qu'on ne me dise plus que la gauche cherche la justice.

    Pour le surplus, je ne pense pas que les commentaires vous insultaient, ils étaient de l'ordre de ce qui se dit souvent ici, et je pense que personne ne vous avait réellement identifié avec l'ami lybien... Mais je vous ai partiellement suivi.

  • "Je vous comprends Victor. Merci de me comprendre."

    Bises ? au tour d'un p'tit noir, un havane (gracieusement offert, si toutefois, vous fumez) et pas cette merde de cannabis, que la gauche PS en tête veulent nous faire voter le 30 novembre...
    J'apporterais aussi une boite de chocolat noir...blanc, comme vous voulez...

    néanmoins, j'assume...

  • "Revenons au débat, sinon mon billet va perdre son intérêt. Merci."

    La gauche, devrait (sont-ils seulement capables?) se réinventer, avec des nouveaux membres (pas du style de Tedeschi, qui se verra exclu de toute manière) capables d'analyser, d'écouter le peuple SOUVERAIN et indépendant...

    Un Christian Brunier a donné sa démission, quelle JOIE !...combien sont prêts à en faire de même ? à le suivre et abandonner la politique ?

  • Ok, on regarde ça, je ne peux pas encore vous dire quand, plutôt la sem prochaine je pense.

    Préservez-vous, vous avez une telle énergie! Et je trouve que vous creusez beaucoup, de façon précise, bien documentée. Parfois je vous trouve un peu long, mais très intéressant.

    Bien à vous.

  • J'ai agrandi ma collection "Michel Tedeschi", d'un nouvel article

    http://victordumitrescu.blog.tdg.ch/archive/2008/08/04/michel-tedeschi-le-censureur-de-la-tdg.html

    C'est juste pour mettre un terme sur cet article et inviter ceux qui se sentent concernés à lire mon article, sur mon blog...

    Je publierais le nombre de visites...dans une semaine...

    Pour en revenir à vos moutons, vous avez raisons...


    1. Dépasser le marxisme et les concepts diviseurs
    Karl Marx, lui-même, à la fin de sa vie, disait ne pas être marxiste...
    2. Soutenir la liberté
    Libérez nos compatriotes, prisonniers en Libye...un début...
    3. Prospérité et bien commun
    Arrêtez Moritz Leuenberger et Micheline Calmy-Rey dans leurs œuvres de destruction de la Suisse ( décrédibilisation aussi, dans la diplomatie )
    4. Le volet social
    Réduisez la fracture entre les hommes et les femmes, tant au niveau des salaires, nettement en faveur des hommes, mais aussi la balance des embauches, les hommes aussi ont besoin de travailler...

    "Vive la République de l’intelligence et des compétences!"

    Non pas celle du copinage (arrangements politiques de dernière minute), fausses informations (Liliane Maury-Pasquier), des vrais compétences, non pas une égalité basée sur la différence biologique...

  • C'est tout un art de savoir faire court, précis, courtois, concis...des fois j'y arrive et quand je n'arrive pas, ou bien que je trouve après la rédaction de mon article, des nouvelles vues, infos, je n'hésite pas, à publier mes propres commentaires...de toute façon, c'est mon blog...

    "Et je trouve que vous creusez beaucoup, de façon précise, bien documentée. Parfois je vous trouve un peu long, mais très intéressant."

    Je suis une espèce d'archéologue de l'info...?
    Gratifiant comme commentaire et description...je vous remercie.
    Bien à vous,

  • Mama mia! Victor! Au tutoiement? Vous en êtes au tutoiement? Oh, shocking, so shocking! Qu'est-ce qui vous arrive? Apparemment, il y a quelqu'un qui arrive à vous faire enrager encore plus que moi (que vous censurez aussi, by the way, lorsque mes commentaires soulignent un peu trop clairement vos propres contradictions...non, pas parce qu'ils sont trop longs, mais bien parce qu'ils vous embêtent!)!

    Allez, coooollll, man, coooollll....Prenez-vous une bonne grenadine bien fraiche et allongez-vous dans un hamac, la tête à l'ombre et les pieds au soleil, pour une petite heure...ça devrait le faire!

    Pour dépasser la gauche (et la droite), offrez du chocolat noir fait maison à tout le monde...vous verrez, ils seront tous très vite d'accord: y a rien de meilleur au monde! miam!

  • Grey, si on ne vous avait pas, ce serait un manque immmmmmmmense. d'ailleurs, vous êtes unique, on n'arriverait même pas à vous inventer. Content de vous lire de temps en temps.

  • hommelibre, vous qui me semblez être un homme sensé, pensez-vous qu'en supprimant les chaussures on mettrait fin aux piétons ?

    :o)

    NB: Je pose la question ici, parce qu'ailleurs, la censure... "vu le niveau"...

  • Que vous voulez, Greypowered, il y a des jours comme ça...
    Quand au différend qui nous oppose (?), vos commentaires, sont vraiment (sans hypocrisie) très, mais très longs !
    Mais, oui, je vous le concède, je n'ai pas publié les commentaires, qui, comme vous le dites, me contrariait...néanmoins...j'en ai publié pas mal, je n'ai jamais cessé le dialogue avec vous...
    D'ailleurs, n'hésitez pas à revenir, je vous attends avec impatience (je sais que vous êtes occupée), mais je vous garantis la publication...

  • J'ai proposé ceci :

    "J'apporterais aussi une boite de chocolat noir...blanc, comme vous voulez..."

    à chacun "son" chocolat, Greypowered...quel est vôtre préféré ?
    Des fois que l'on soit amenés à se rencontrer...enfin...depuis le temps...

  • "@Ptitsuisse

    Le revenu minimum universel, c'est pas deja virtuellement le cas dans les banlieues françaises "sensibles" ? Logement gratuit, secu et RMI pour tous, ça revient au même non ?

    Mais on ne peut pas vraiment dire que ce soit devenu pour autant des endroits de rêve, phare de l'utopie et exemple pour le reste du monde..."


    Si c'est appliqué à un seul endroit, où à une seule catégorie de personnes, ce n'est pas universel.

    Pour l'instant on est dans un système compliqué, où, pour prendre une image, on essaie de régler le niveau des baignoires à la fois en réglant le robinet qui la rempli (subventions, aides) et la vidange (impôts, taxes). Avec un revenu universel, on "arrose" toutes les baignoires de la même manière, et on régule uniquement la vidange.

  • Mon chocolat préféré? Le noir (au minimum 75%-80% de cacao) avec des éclats de nougatine (comme ils en font dans une certaine chocolaterie de Genève que je ne nommerai plus, sinon on va encore m'accuser d'être un agent de chez eux en sous-marin sur le site de la TdG et de faire de la pub déloyale pour la concurrence industrielle)!

    Mais sinon, je suis aussi assez douée pour la réalisation de fondant et de moëlleux au chocolat! C'est même les seuls trucs que je sache cuisiner correctement (ben oui, si je me marie un jour, j'ai intérêt à épouser un cuisinier, sinon, ça ne va pas durer longtemps...on ne peut pas se nourrir de pâtisseries au chocolat tous les soirs, non plus)! Et plutôt en hiver, sinon, ça fond complètement!

Les commentaires sont fermés.