Comment parler aux femmes (encore une victoire du féminisme)

Un peu d’humour et de polémique pour commencer la semaine... Vous pensiez que les femmes souhaitent qu’on s’intéresse à leur intellect? A leur beauté intérieure? Qu’elles ont une vision profonde de la psychologie et de la philosophie? Que leur apport à la société est franchement différent de celui des hommes? Que le monde changera grâce à elles? Qu’elles sont l’avenir de l’Homme? Allons messieurs, vous êtes des enfants de coeur.

La page de couverture du magazine “Elle” de cet été remet les pendules à l’heure et donne les pistes de ce que les femmes attendent. On peut supposer que les thèmes abordés sont ceux dans lesquels les femmes se reconnaissent, sinon ça ne se vendrait pas. Cette page est donc un indicateur fiable. On voit que 50 ans de féminisme a vraiment fait avancer le monde...

ElleEte2008.jpg
En haut à gauche, la liste des centre d’intérêt: les People en premier, puis les Jeux, les Sagas, ensuite Philo et Psycho. Messieurs, ne cherchez pas à les séduire en leur parlant de Françoise Dolto ou d’Aristote, mais plutôt de Brad Pitt ou de Tom Cruise: c’est leur centre d’intérêt No 1.

Plus bas: confirmation du point précédent, Georges Clooney est en tête de liste. Clooney incasable? Ca doit être l’article Psycho.

Plus bas encore: Paris Hilton et Nicole Ritchie sur la guerre des blondes. Ca, ce doit être la séquence Philosophie...

Retour aux stars qui ont triomphé des coups durs. Encore de la psycho. Et puis, les stars sont des gens comme tout le monde. Après tout, il n'y a pas que le caissier du supermarché de Plan-les-Ouates qui a des coups durs dans la vie.

Oups, ça faisait un moment qu’on ne parlait pas de beauté physique... C’est réparé. Quand-même, il ne faudrait pas oublier les choses essentielles, comme le mode d’emploi du make-up sur la peau bronzée. “Elle” n’hésite pas à aborder les questions existentielles.

En bas à gauche, un témoignage bouleversant sur la vie intérieure d’une femme, témoignage d’une incroyable hauteur philosophique: “J’ai couché avec une star à St-Tropez”. Elle a gagné combien en cadeaux et prestations diverses? Ou bien seulement le prestige? Remarquez qu’elle ne dit pas: “J’ai couché avec le caissier du supermarché à Plan-les-Ouates”. Ca doit être moins valorisant devant les copines. Et puis, y a-t-il seulement un supermarché à Plan-les-Ouates?

En haut à droite, on revient aux fondamentaux: look, beauté, forme, à propos de Liv Tyler. Sa pensée, sa philosophie de vie, nada.

Enfin le must de l’été (chaque été c’est le même gros titre): le SEXE. Vous pensiez que les hommes sont de gros et gras lubriques bestiaux prêts à tout pour s’envoyer des gonzesses? Vous pensiez que les femmes sont plus retenues quand à la sexualité bestiale, qu’elles aiment la finesse et le suggéré? Grosse erreur. Elle veulent que vous leur parliez de sexe, elle veulent TOUT pour vous envoûter et vous baiser sans retenue sur le canapé ou la banquette arrière, et en plus veulent TOUT OSER. Des détails! Des détails!

Donc en résumé, parler aux femmes c’est leur parler très directement: des peoples, des stars, de la guerre des blondes, des coucheries avec les stars, de leur make-up sur leur peau bronzée (toujours dire que cela leur va à merveille), de la beauté des stars, de leur beauté physique (surtout n’abordez pas leur intellect, elles le prendraient mal), des stars, de leur corps, des stars, de leur peau, des stars, et surtout de sexe, directement. Pas besoin de s’encombrer de préliminaires puisqu’elles aussi ne pensent qu’à ça.

Bon, dans une prochaine vie j’aimerais savoir tout cela plus vite...
FreeHostages.jpg



Catégories : Humour 9 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • ha hommelibre !
    Cessez donc de nous présenter les femmes comme des bêtes de sexe !
    Les femmes ne sont pas du tout intéressées par "ces choses-là", c'est le triste et honteux privilège d'hommes libidineux et dégoulinants de pensées animales.
    Les femmes, les vraies, ne pensent qu'à la marque des meilleurs produits de lessive et au prix de la baguette.
    Seules de misérables esclaves innocentes arrachées à leur milieu familial à l'insu de leur plein gré et asservies sexuellement, pour le surplus exploitées honteusement par des proxénètes masculins sans scrupules et obligées de monnayer leur corps, sont contraintes de faire la différence entre un micheton fortuné et un micheton fauché.
    Par ailleurs - et c'est bien connu - ce genre de magazines n'intéresse pas les femmes, les vraies.
    Ce sont d'affreux manipulateurs - déguisés qui en coiffeurs qui en dentistes ou en médecins - qui les obligent à lire ce genre d'horreurs en les enfermant sous des casques sèche-cheveux ou des salles d'attente.
    Les femmes, les vraies ne pratiquent que la fécondation in-vitro et - reproductrices de l'espèce humaine sous la pression sociale opressante des hommes - elles affichent leur grossesse militante en voilant les affiches qui pourraient donner aux hommes l'idée saugrenue d'essayer de connaître les femmes (les fausses, donc) par le biais de ces horribles publications (qui - heureusement d'ailleurs ! - ne se vendent pas).

    :o)

  • Blondesen, vous me rassurez un peu. Il existe donc de vraies femmes? Ouf!... Et merci de donner des indices pour les reconnaître:

    - elles ne vont jamais chez le coiffeur
    - elles ne vont jamais chez le dentiste
    - elles ne pensent pas au sexe
    - elles ne ressemblent pas aux beauté des affiches
    - elles font de leur foetus un objet médiatique militant.

    Avec ça, je devrais m'y retrouver. Quoique... finalement je me demande si je ne préfère pas les fausses...

  • Mesdames, vous avez aussi le droit de vous moquer de nous. Si vous voulez nous rendre la pareille avec un magazine masculin (je ne les connais pas à part auto-moto que je ne lis pas, mais je sais que ces niaiseries existent), envoyez-moi votre création et texte, je les publierai volontiers sur mon blog. Mon adresse courriel est dans ma présentation.

  • Les femmes, les femmes et encore les femmes...John, pour un homme libre...vous êtes fasciné par les femmes, ma parole...

  • Oui j'avoue Victor: je suis fasciné par les femmes. Je ne pourrais m'en passer. J'aime leur compagnie, leur présence. J'ai d'excellentes amies femmes. Elles me touchent, m'animent. Je les critique parfois, mais je les défendrai s'il en est besoin comme je l'ai fait à propos de la lapidation ou de l'excision. J'avoue ne pas toujours les comprendre, mais je ne pourrais pas vivre dans un monde sans femmes. Et même si souvent mes billets sont critiques ou féroces à l'encontre de certaines femmes, il s'agit bien de certains cas ou d'un certain féminisme. Je fais la part des choses.

  • Mais j'en suis certain...seulement voyez-vous, les magasins de fringues, de mode, sont faits que pour les femmes...leur mentalité réussi à elle seule, de faire vivre, un tas de gens...
    Les femmes (narcissiques ?) se demandent (encore et toujours) comment être la plus...belle, en vue, à la page, à la mode...
    Cette compétition à la con, n'existe pas chez les hommes (à moins que...)

    Tiens...je viens de lire hier dans le "20 minutes" qu'il existe une association d'hommes (20 membres, pour l'instant) qui luttent, à l'instar des féministes qui veulent porter le pantalon, pour imposer le port de la jupe par les hommes...

    Faut-il y réfléchir ?

  • Ah, avoue que le port de la jupe pour les hommes, ce serait assez rock'n'roll dans le paysage. Mais quid des minijupes? Devra-t-on imposer aussi l'épilation à ces hommes?

    Par contre, pour les femmes à mains baladeuses, quelle aubaine! Et pour peu que ces hommes en jupes ne portent pas de culotte - heu, pardon... de boxer, ce sera tout bénéf.

    Ca va être torride.

  • Vous écrivez : "parler aux femmes c’est leur parler très directement: des peoples, des stars, de la guerre des blondes, des coucheries avec les stars, de leur make-up sur leur peau bronzée" etc.
    Je vous réponds : mais non mon petit monsieur ... ça c'est parler aux bimbos, pas aux femmes ! :-)
    Salutations bretonnes !

  • Rol, désolé, je viens de découvrir votre commentaire et je ne peux le laisser en l'état. Injurier les femmes n'est pas le genre de la maison et je ne laisse pas traîner de tels propos.

    hommelibre

Les commentaires sont fermés.