Québec: la guerre faite aux hommes

Hermil Lebel, dont j’ai cité l’affaire dans mes deux précédents billets, a posté un commentaire qui à mes yeux mérite d’être en première ligne. Il illustre la situation des pères et des hommes au Québec, hommes diabolisés par les féministes radicales que relayent les lois et les tribunaux.

Je rappelle que Hermil Lebel est en clandestinité dans son propre pays, pour fuir une condamnation indigne à 12 mois de prison suite à une fausse accusation. Cette fausse accusation a été mise de toutes pièces dans la bouche de leur fille. Le billet “Affaire Hermil Lebel: une policière fabrique un mensonge” montre la preuve du mensonge.

Quand une femme subit une injustice ou une agression, on s’offusque et l’on entend s’élever de nombreuses voix. Et on a raison de combattre cela. Quand c’est un homme qui subit la même chose, on constate un silence penaud. Et on a tort de ne pas le dire. La violence institutionnelle et judiciaire contre les hommes est devenue un vrai problème de société. Voici donc le texte d’Hermil parlant de son affaire:


“Cette histoire peut sembler irréaliste, exagérée, voir tout droit issue de l'imagination une peu délirante de quelque plaisantin.

Malheureusement, il n'en n'est rien.

Pire encore, elle est d'une banalité à pleurer.

Elle n'a rien d'unique ou de particulier. Cette histoire kafkaïenne représente cependant bien la norme lorsqu'un homme est traduit devant nos tribunaux fantoches suite à des allégations de violence domestique. Chaque année au Québec, environ 10 000 hommes sont ainsi chassés de leur domicile après un fort désagréable séjour derrière les barreaux sur la seule base d'une dénonciation, sans preuve, sans témoin et surtout sans la moindre enquête digne de ce nom. Bref, c'est le grand bond en arrière, directement au cœur de l'inquisition.

Souvent, je m'amuse à répéter que l'actuelle politique d'intervention en matière de violence conjugale, adoptée en toute vitesse par le parlement sans le moindre débat, sous la pression d'un puissant lobby, est davantage sexiste que Mein Kampf pouvait être raciste. Et la raison en est fort simple. Les juifs ne représentaient qu'un infime partie de la population allemande alors que les hommes constituent tout de même la moitié de la population.

Mis à part les chambres à gaz, le sort réservé à la population ciblée présente beaucoup de similitudes. En vertu de cette politique, les hommes sont jetés à la rue comme des sacs à vidange, privés de l’accès à leurs enfants, de la jouissance de leurs biens, et dépouillés de leurs actifs par le biais d’honoraires professionnels scandaleux dans une vaine quête de justice.

Lorsque le mouton est tondu, il prend le chemin de l’abattoir. Chaque jour qui passe, 4 hommes s’enlèvent la vie au Québec dans l’indifférence la plus totale. Voilà pourquoi les chambres à gaz sont inutiles. De guerre lasse, les hommes ciblés retournent cette violence institutionnelle contre eux. À ce chapitre, nous figurons parmi les champions mondiaux (suicide des hommes), un titre que bien peu de peuple convoite.”
15 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Mais !? les droits de l'homme ou les droits humains (pour être plus précis) ne sont alors pas respectés !?
    Pour toutes condamnations, il faut apporter des preuves claires et précises ! sans celà ce n'est pas de la justice !
    Comment se fait-il que personne ne réagisse et ne demande de changer ces états de faits !? A ce que je sache, le Québec est une démocratie ... non ?
    Qui font les lois là-bas ? Le législateur a-t-il un mot à dire !?....

  • hélas ce n'est pas si facile de faire bouger la justice. La sacro-sainte (et relative) indépendance de la justice n'est pas qu'un atout, c'est aussi un barrage. J'ai connu l'acharnement judiciaire, j'ai vu une juge d'instruction mentir par écrit et être blanchie par le Conseil Supérieur de la Magistrature, j'ai vu des accusations "acadabrantesques" être prononcée sans le plus élémentaire sens du ridicule, j'ai vu l'intégrisme de certains magistrats, le laxisme d'autres... J'aurais de quoi faire un film.

    Je pense que les objectifs à atteindre pour que la justice dysfonctionne moins, pour qu'elle soit un peu moins un état dans l'état, un corporatisme auto-protégé, et un outrage aux citoyens, sont entre autre:

    - un Conseil Supérieur de la Magistrature formé en majorité de non-magistrats; même s'ils ne connaissent pas la loi, ils seront comme un jury; ça va faire hurler, car les juges aiment bien envoyer les citoyens devant un jury, mais je ne pense pas qu'ils aimeraient y passer eux-même...

    - en finir avec l'immunité des juges: ils doivent pouvoir être poursuivis civilement et pénalement pour leurs décision; s'il font du bon travail, ils n'ont rien à craindre;

    - filmer en vidéo toutes les audiences, instruction comprises;

    - former les juges pour les préparer à leur fonction;

    - les évaluer périodiquement par une instance neutre.

    Voilà quelques pistes que nous sommes de plus en plus nombreux à désirer.

  • Ici, au Québec, il y a des gens qui militent pour l'indépendance. S'ils parvenaient à leur fin, il faudrait appeler ce nouveau pays le Féministan. Ici, au Québec, il n'est plus question de droit de l'homme. Il est davantage question de droit de la personne, cette dernière devant avant tout être de sexe féminin pour être digne d'intérêt. En théorie du moins, nous vivons en effet sous un régime démocrate. En pratique, nous sommes sous le joug de la vaginocratie.

    "Comment se fait-il que personne ne réagisse et ne demande de changer ces états de faits !?"

    Tout simplement parce que les médias observent unanimement la loi de l'Omerta. À tel point qu'il a fallu grimper sur la structure du pont Jacques-Cartier et y déployer une bannière aux couleurs de Fathers-4-Justice arborant ce simple message PAPA T'AIME avant que les médias daignent mentionner notre cause. Encore là, la couverture était condescendante, allant parfois jusqu'à la diffamation dans le but évident de tourner en dérision nos revendications.

    Lors de cette campagne, nous avons simplement demandé la mise en place d'une commission royale d'enquête sur l'administration de la justice au Québec. Royale, parce que c'est la Reine qui porte les accusations criminelles au Canada. Aucun média, aucun politicien n'a osé commenter cette demande, un silence qui en dit long...

  • Mais finalement, comment se fait-il que ces "femmes" aient pris autant de pouvoir jusqu'au point d'écraser ainsi les "hommes" !!!??? et que la justice les défendent ainsi becs et ongles !!!???
    Celà me paraît irréaliste ! (désolé) !
    Lorsqu'il y a des votations au Québec, que font les hommes ainsi écrasés.......?
    Finalement, seriez-vous écrasé par la monarchie ?
    Il me semble qu'il y a déjà eu une révolution en 1789, puis il y a eu mai 68....
    Et vous............
    Amitiés
    Ivan

  • Bonnes questions, réponses complexes. La culpabilité masculine, l'appui gouvernemental aux lobbys féministes (environ 500 millions de francs annuels aux groupes féministes et assimilés - voir ma page http://www.hommecible.com/www.hommecible.com/sexisme_anti_hommes_misandrie.html), les marxistes recyclées (guerre des sexes = lutte des classes, j'y reviendrai plus en détails une autre fois, mais je n'invente rien).

    La situation des hommes et des pères au Québec est réellement préoccupante. J'ai étudié la question, j'y suis allé, j'ai vu les campagnes misandres, la propagande, les mensonges sur les chiffres de la victimisation féministe, les jugements contre les hommes, c'est bien réel, ce n'est pas exagéré.

  • Voir "Petite histoire d'un GROS mensonge"
    sur le site de Bisbille 101 (Sous mon nom) pour vous en convaincre encore davantage.

  • Je suis aussi déçue que vous, Hommecible/Hommelibre de constater que les courants universalistes de Simone de Beauvoir et d'Elisabeth Badinter n'aient pas pris le dessus dans ce débat "égalitaire" devenu victimaire et idéologique.

    Que les deux genres jouissent des mêmes droits et opportunités offertes par l'éducation et le système juridique en vigueur est déjà un grand pour une société qui se respecte; ça n'a pas été toujours le cas et il existe bien des contrées où naître fille est dramatique. Mais force est de constater que les garçons sont souvent mal élevés, se comportent mal avec les filles. C'est là que le bât blesse. Et ce phénomène est bien inquiétant.

    Quant à la politique de l'emploi, soutenir les quotas s'avère une mauvaise solution malgré toutes les apparences d'une idée généreuse, pour deux raisons : (1) l'expérience prouve que les femmes désignées dans ce genre de système ne sont pas forcément les plus méritantes; d'autres facteurs entrent en jeu tels que l'appartenance familiale. (2) Ce protectionnisme féministe ne rend pas service aux femmes car il la minorise en la traitant de "sous-homme".

    Il est néanmoins un fait que dans les structures professionnelles hiérarchiques, les femmes sont souvent plus maltraitées, ce non pas à cause d'un manque de lois mais de comportements spécifiques de la part de leurs collaborateurs, parfois choquantes.

    En conclusion, la guerre des sexes est tout autant ridicule qu'inutile car elle n'apporte rien d'autre qu'une guerre de plus dans un monde qui n'en regorgent que trop! Mais il reste le problème que les femmes gagnent moins bien leur vie que les hommes, en général. Et cette injustice-là doit être prise au sérieux.

    Meilleures salutations!

  • À Micheline Pace en passant lisez ceci et vous comprendez peut-être!

    Pour ce qui est des propos d'Hermil, ils sont véridiques, tristement...

    Féministe 101

    J’ai pris ce cours intensif en fin de semaine, question de comprendre… Il y a cette dislocation importante entre le tiers des femmes agressées prétendument par les Calac et les 8% de déclarées par Statistique Canada. Bizarre, il y a quelques semaines à peine le Calac local a visité l’école de mon fils et à ce moment là le taux provincial d’agressions n’était que d’une femme sur quatre… Que ça bouge vite, pourrais-je voir la date de la dernière étude si récente SVP? Laquelle des deux statistiques est la bonne ? Ou les deux seraient-elles mensongères?

    Du rêve à l’utopie!

    Si elles déclarent plus que 400% de la vérité c’est tout à fait normal! Fort lucratif vous savez…

    Retombez sur le plancher des vaches

    Ben oui, c’est normal qu’elles prétendent ça! Car comme c’est écrit dans le Rapport Rondeau 70% des femmes sont des menteuses…!

    Égalité de fait!

    Nous demandons au gouvernement des programmes d’accès ÉGALITAIRES pour que les femmes aussi puissent mourir au travail dans les métiers à hauts risques, comme dans l’armée sur le front, démineuses, monteuses de structures d’acier à temps complet, ça représente tout de même moins d’heure de travail que la politique. Ou, soudeuse de structures d’acier, couvreuses, laveuses de vitres en hauteur, mineures, débardeuses, pêcheuses, chasseuses de phoques, etc… Nous demandons également des programmes les incitant à travailler de nuit, dans les régions très très éloignées, avec des horaires atypiques, bref nous demandons qu’équitablement elles partagent 50% de la souffrance et des risques du travail en nombre réel et socialement équitable… Et ainsi avoir un salaire égal.
    De plus nous exigeons que des programmes soient mis sur pieds pour que les hommes brisent la sempiternelle barrière des métiers dit traditionnellement féminins, c’est ça l’égalité. Ainsi il faudra les subventionner pour qu’ils apprennent à devenir esthéticien, réceptionniste, secrétaire, éducateur en garderie, prof. au primaire, ts, danseur nu, ballerin, nageurs synchronisés, infirmier, garde malade, sage-homme, employé de l’état et du fédéral, ainsi que vendeur de lingerie… Ça prend aussi une subvention pour qu’ils soient incités à leur tour à devenir monoparental, pauvre, victime, dépendant de l’état, créateur-inventeur de fausses de statistiques, contrôlant de l’état, manipulateur de l’opinion publique, faussaire de la victimologie professionnelle, les gars ont beaucoup de retard sur les femmes comme vous pouvez le constater… La plus récente étude nous dévoile 150 000 hommes victimes par années au Québec seulement!

    Nous exigeons également la mise en place immédiate d’un Ministre à la Condition Masculine qui aura infailliblement d’autres ministères tels ; la Justice et l’Éducation où à son tour il pourra faire la sourde oreille et envoyer paitre toutes demandes féminines sous l’excuse qu’il est de la Condition Masculine et à ce titre qu’il ne puisse intervenir dans tous dossiers à connotations féminines. Ça c’est l’égalité de fait!!!
    Éducation

    Nous exigeons également qu’un réseau de refuges au masculin soit mis sur pieds immédiatement puisque la violence conjugale est très similaire voire un peu plus élevée du côté des hommes victimes, les études nous démontrant qu’un réseau de 125 refuges à travers le Québec serait un bon début. Que les femmes violentes soient identifiées et que des centres de traitement de la violence féminine soient mis sur pieds le plus rapidement possible pour enrayer ce fléau sociétal. Qu’une vaste campagne médiatique soit instaurée dans le but de les informer sur la violence et les inciter à sortir de leur isolement social en brisant le silence de la honte et en venant quérir l’aide dont ils ont tant besoin équitablement. Qu’un supplément de $115 par mois leur soit remis à tous les mois où il mettra les pieds dans le dit refuge et ce même s’il y est logé, nourri et son chèque d’aide sociale mis de côté pour repartir à zéro après, car la réconciliation avec une ex est absolument impossible, en plus d’être toutes des menteuses elles sont toutes des violentes et agresseuses… Qu’il leur soit enseigné aussi qu’ils ne sont pas des objets sexuels et méritent le respect en tant que personne.

    Pour mieux supporter le réseau du soulagement au masculin qu’un programme soit mis sur pieds immédiatement dans le but de passer dans toutes les écoles du Québec pour les éduquer à savoir que 40 000 avortements sont commis au Québec annuellement et qu’à titre de gars ils n’ont absolument rien à dire… Une fois fragilisés par un réel problème pas du tout monté de toutes pièces il sera plus facile de les endoctriner à cause de la culpabilité ainsi provoquée. Qu’un autre programme d’intervention préventive fonctionne similairement pour mieux les conscientiser sur la violence féminine parfois si insidieuse mais toujours destructrice. Grâce à ce lavage de cerveau étatique il sera bien facile de les manipuler à souhait pour soutirer plus d’argent du contribuable.

    Comme nous visons à une société plus juste envers toutes et tous, considérant que les gars les filles c’est pareils, tout est question de conditionnement social. Considérant également que nous désirons des opportunités égales de travail dans tous les champs d’expertise plus tard, il sera désormais interdit dans les CPE d’avoir des poupées, des cuisinettes, des livres, etc… Ça féminise trop les filles injustement ces préjugés préhistoriques. Qu’il soit obligatoire pour les filles de jouer au ballon, de jouer au Légo et de se chamailler, ainsi nous obtiendront la réelle égalité des chances… Qu’il soit aussi permis au gars le plus tôt possible de porter des pantalons de type ‘’plombier’’ pour mieux montrer leur crac de fesses et faire d’eux-mêmes des objets sexuels. Qu’on les encourage même à se faire des fellations entre eux pour éviter les très dangereux risques d’une relation hétérosexuelle avec une fille. Ça c’est de l’équité réelle!!!

    Avancement de la cause

    Qu’une chaire d’études pourtant sur la condition des hommes d’ici et d’ailleurs soit mise de l’avant pour mieux cerner l’ampleur réelle de la problématique. Nous suggérons ici qu’elle porte le nom d’Yves Pageau en témoignage de son humanisme grandiose envers la moitié masculine de la population. Que cette chaire reçoive des millions du trésor public pour atteindre, toujours, l’égalité de fait avec nos consoeurs.

    Que les réalisations nécessaires à l’achèvement de l’égalité résultant de telles études soient confiées à la FHQ, MCM et à la CMC ainsi qu’à d’autres organismes au niveau international. Faudra bien les créer ces organismes en toute équité!

    Atteindre l’égalité de fait

    Qu’une des façons d’atteindre l’égalité soit, en toute équité, de subventionner aussi la misogynie étatique. Et surtout de ne jamais dépenser de l’argent public dans quelque ministère que se soit qui pourrait aussi bénéficier aux femmes.

    Qu’un lavage de cerveau du système juridique basé sur des exagérations statistiques éhontées soit mis sur pieds sous forme d’un guide à l’intention des policiers pour mieux intervenir dans la protection des hommes et des juges qui ont la responsabilité de les défendre Que la parité soit atteinte dans les sentences… Que toutes femmes qui se montrent nues en public soit chargées pour grossière indécence et mise dans le fichier national des prétateuses sexuelles potentielles

  • Connaissant un peu ce qui se passe au Québec, je peux confirmer que le commentaire de jean-marc n'a rien d'éxagéré. Il est le miroir de ce qui se passe au nom des femmes. Et n'a-t-il pas raison: l'égalité suppose que les hommes aient les mêmes avantages que les femmes?

    C 'est intéressant parce que ce genre de propos est parfois considéré comme outrancier et agressif quand un homme le tient: pourtant il est l'exact miroir du langage féministe québequois.

  • @ Jean-Marc et Hommelibre : loin de moi l'idée de m'immiscer dans ce qui se passe dans d'autres états, Canada ou autre. Il y tant à faire ici déjà; et puis, le droit d'ingérence ne relève pas de ma compétence en la matière.
    Merci de ne pas m'emmerder sur ce que je ne dis pas!

    Etant ni aliénor d'Aquitaine, ni la femme d'un richissime banquier genevois, ni l'héritière de Blocher et n'ayant jamais fait un bébé dans le dos d'un potentat, je vous relate ici les inégalités réelles dans le monde professionnelle, entre hommes et femmes.

    Juste une expérience parmi d'autres : j'ai eu dans un passé proche un boulot où je devais exécuter les ordres d'un taré, payé six fois mieux que moi, qui n'en avait même pas les compétences; une fois le travail effectué (deux ans pour la mise à jour de dossiers qu'il avait laissé en plan durant une décennie et demie), lui, est monté en grade et moi, je suis restée sur le carreau, piétinée, écartée et sans boulot. N'ayant plus qu'à aller me pendre au premier arbre, j'ai quand même poursuivi mon petit bonhomme de chemin mais, dans un état de droit aussi formaliste et étriqué que le nôtre, il reste néanmoins plus difficile pour une femme de gagner correctement sa vie, de bénéficier d'opportunités dignes de ce nom malgré une belle énergie, des compétences pointues, une bonne présentation et une force de travail hors du commun.

    Avouez que dans ce jeu-là, les femmes sont nettement perdantes, en dehors des putes de service ou des riches héritières.

    Enfin, en matière de connerie ou de violence, je suis d'avis qu'elles sont universalisables et bien réparties entre les deux genres. Etre l'épouse d'un serf, d'une chair à cannon n'empêche pas la femme d'en être esclave aussi!

  • Merci bien à toi hommelibre,

    En réalité je ne cherche évidemment pas le même privilège que d'attaquer à mon tour l'autre sexe, je ne faisais qu’un sarcasme que j’espère ironique sur la triste réalité québécoise.

    Des gars tel Hermil, que j’admire beaucoup, en sont très conscients. Les autres n’en n’ont qu’entendu parler… et ne le croirons qu’une fois dans cette machine infernal. D’ordinaire, pas du tout écrivain, j’ignore totalement la chute à venir de mes textes. Mais pas aujourd’hui, j’ai l’intention de terminer par des CC d’échanges et d’histoires concernant la CS des Phares chargé par la loi d’enseigner à mon fils. Je laisse le soin au lecteur d’apprécier par lui-même le simple fait que nos écoles et en particulier ici Mme DeChamplain, mais partout au Québec, outrepasse son mandat pour aussi éduquer nos enfants avec des valeurs féminines sans regard aucun envers les pères… (Elle n’est pas seule…)

    Et malgré leurs désirs, quel bel exemple ça donne à nos enfants!!!

    Le mensonge étatique étant à la base même de l’éducation! Pas juste misandre il est haineux point, car aussi dictateurErial envers les filles, qu’elles diminuent ainsi, qu’envers les gars dont le nouveau sport national féministe est depuis environ 30 ans de les diminuer… La libre pensée y est aussi interdite que l’opinion différente, vive la féminocratie québécoise!

    Quand la réalité dépasse la fiction.

    L'école ne doit pas être sexiste

    Jean-Marc Bessette

    Le soleil, dimanche le 28 avril 2002

    Rimouski

    (Lettre ouverte à Jacques Quimper, directeur de l'école primaire l'Aquarelle, Rimouski)

    Lors de son retour à la maison le 11 du mois courant, mon fils Dominic, âgé de sept ans, m'a parlé de sa journée d'école. Normal, me direz-vous ? Il y avait un atelier contre la violence donné par la Débrouille, centre de femmes violentées ; le hic c'est que l'atelier lui-même qui était violent !

    Il est absolument inacceptable qu'une école publique payée par nos taxes laisse ainsi n'importe qui dire n'importe quoi à nos enfants ! Quel beau mensonge féministe encore !

    En faisant de tous les agresseurs des hommes et de toutes les victimes des femmes, quel message leur laisse-t-on ? Même la mise en situation sur la violence verbale était un autre exemple où des gars refusent de jouer avec des filles parce qu'elles sont des filles ! Pourtant, dans notre société, quand vous regardez autour de vous, qui discrimine et discrédite publiquement les hommes et ce, de façon très courante ?

    Mentir aux enfants

    Les enseignements reflètent-ils et la réalité et nos valeurs de société à tous ? Voulons-nous vraiment au nom de la justice mentir ainsi à tous nos jeunes ? Pourquoi doit-on mettre dans la tête de nos garçons qu'ils sont violents et pas bons ? Quel beau message...Et dans la tête des filles, que les garçons sont violents et dangereux et qu'elles sont d'éternelles victimes ? Incroyable que de jouer ainsi avec l'image d'eux-mêmes que se forment nos enfants à partir de leurs propres expériences, image si fragile à ce point de vue, et à sept ans seulement !

    En faisant ceci, des féministes sont en train d'institutionnaliser la violence, et le résultat pour leurs associations toujours plus de subventions et d'autres suicides masculins (4000 par an au Canada seulement, soit plus que l'équivalent d'un World Trade Center...)

    L'école est supposée être un endroit d'éducation objective ; elle n’est pas supposée être sexiste et ne peut donc pas s'allier aux groupes reconnus comme étant des ressources pour femmes et contre les hommes. Et leurs actions passées l'ont bien prouvé.

    X X X X X


    En passant même problème l’an dernier et à la question qui est le plus violent ? La réponse de la Débrouille : Ce sont les gars, la preuve est que les femmes ont 97 maisons pour femmes battues alors qu’il n’y en a qu’une pour les hommes ! Pour des enfants de 10 ans ça paraît un absolu mais pour nous adultes ça ne démontre que les besoins aux masculins sont mis de côtés dans notre société très matriarcale !!! Un autre gros mensonge féministe ! Vous savez qu’elles ont fait une pétition contre l’application des recommandations du Rapport Rondeau au fait ? Elles prônent la guerre entre les deux seuls sexes existant sur la planète ! Vous les avez déjà entendus parler d’amour, d’harmonie entre les sexes, de se rencontrer, de dialoguer sur la différence, que les garçons ont besoin d’aide à l’école ? Non à toutes ces questions, elles ne prônent que la haine envers tout ce qui ne porte pas jupons, voilà !!!

    Et même l’avis d’une dame sur ce même sujet :


    Conseil de statue de la femme

    Mesdames,

    Je suis dépassée par l’attitude qui se propage de plus en plus dans différents groupes qui travaillent avec la philosophie féministe. Centres de femmes, Centres d’hébergements pour femmes victimes de violence conjugale et tous autres groupes venant en aide aux femmes. Le féministe doit évoluer et tenir compte de tous les aspects de notre société. Il doit, corrigez-moi si je me trompe, faire en sorte que les femmes puissent vivre comme un être humain à part entière dans cette société.

    Je suis mère de deux fils que j’ai élevé seule malheureusement. J’ai été dans l ’obligation de travailler à l’extérieur. Mon désir le plus cher est que mes fils puissent s’épanouir dans cette société et qu’ils deviennent des hommes autonomes et respectés. J’en conviens que nous avons vécu, jadis, dans une société patriarcale gouverné par le clergé. Les batailles louables que Simone Monet Chartrand et compagnie ont fait étaient de grands secours et sont inscrites à l’histoire. Aujourd’hui encore, il ne faut négliger la violence qui est toujours présente et il faut sans contredit venir en aide aux victimes. L’équité salariale est un autre bataille qu’il faut maintenir.

    Par contre, ces revendications se font sur le dos des hommes et là je ne crois pas que nous irons bien loin dans notre libération. La généralisation des vos propos sur les hommes n’est rien pour calmer et supposer un rapprochement entre les parties. Dans les écoles, les centres de d’hébergement pour femmes violetées envoient une représentante qui sensibilise nos jeunes à la violence. Mes fils sont revenus de cette formation complètement enragés. La généralité est clair, les gars sont violents, les filles sont victimes. Si vous vouliez une onde de choc, bien c’est réussi. Paradoxalement, votre sensibilisation sur la violence à eu l’effet contraire.

    Ce que je ne comprends pas, c’est que les femmes, qui dénoncent le pouvoir malsain des hommes, agissent tout à fait pareil. On est pas sorti du bois. Le mouvement de pendule est entrain de passer de l’autre côté. Je ne veux pas d’une société dominatrice mâle encore moins femelle. La propagande de ne voir que la violence chez les hommes est dangereuse.

    Je suis travaill(se) de rue et j’ai souvent à intervenir auprès des filles qui font des actes d’une violence certaines, elles ne se sentent aucunement concernées. Bon nombre de garçons se font claquer la gueule et la réplique ne viendra pas puisqu’ils sont conscients qu’il ne faut pas. Les cas de suicides sont notés majoritairement chez les hommes dans la vingtaine. La réussite scolaire des garçons est dramatiquement à la baisse. Dois-je continuer à encourager les filles de prendre leur place et de foncer ? Bien certainement NON ! J’encourage les jeunes à prendre leur place. J’idéalise un rapprochement, une prise de conscience sur la non-violence(qui inclus le suicide), sur la famille qui me semble pas vouloir grand chose, sur les relations hommes femmes complémentaires et pour ce faire, si j’écoute le discours féministe, le sens de ces valeurs n’est pas encouragée.

    Les jeunes sont plus souvent qu’autrement victimes de violence et selon le féministe le responsable est l’homme. L’homme bat sa femme, la femme bat ses enfants et les enfants battent leur petit chien. Quotidiennement j’assiste à des actes cruels n’ayant que pour descendance la femme chef de famille monoparentale avec aucun antécédent de violence masculine à son compte, ni père, ni mari. On parle plutôt d’un résultat d’une panique de solitude et de je fais tout, toute seule et de la dévalorisation d’être auprès de ses enfants à la maison sans projet de carrière éminente. Les jeunes doivent être sensibilisés par des exemples d’adultes responsables. La responsabilité, selon moi, des femmes devrait être d’inspirer des moyens d’arriver à la paix et du respect de l’être humain dans ces différences. Si nous agissons avec la même violence verbale et sexiste nous nous éloignons de notre but.

    Si le féministe est l’idée de prendre le pouvoir et de faire exactement la même chose que nos prédécesseurs, vous ne me compterez jamais comme étant une militante. Par ailleurs, je cherche plutôt une philosophie qui inspire tant les femmes que les hommes sur la non-violence et l’équité dans tout.

    En terminant, je serais de garde comme une mère Ourse avec ses petits pour défendre leurs droits et leur intégrité. Je les encouragerai à devenir de par leur nature des grands hommes fiers et droits et surtout de ne jamais aborder la vie entant que supposé potentiellement futur agresseurs de femmes. Bien au contraire, je veux leur inspirer que la nature féminine mérite le respect et la connaissance et ce par l’exemple du non sexisme et de la non-violence dans mes propos.

    Je vous écris sans aucune attente. Je sais que vos nombreuses tables de discussions ont pour but la réflexion de différents problèmes sexistes. En voilà un problème qui j’espère vous fera réfléchir.

    Mme Bouchard
    Femme, Mère
    Travaill(se) de rue
    Auprès des jeunes.

    Voici toutes les bandes sonores des émissions d'André Arthur de CKNU.
    Vous pouvez les écouter directement sur Internet à l'adresse suivante:
    http://www.cknu.net/i_accueil.html
    Sujets traités:

    - L'humiliation et la discrimination envers les garçons à l'école
    par les professeurEs féministes. Le décrochage scolaire et les
    suicides des jeunes garçons.
    - Québec trop taxé, syndicalistes, féministes, femellisé, gauchiste etc …
    - Présentation de Quitterlequebec.com
    Ces bandes sonores renferment plusieurs témoignages qui dénoncent la discrimination envers les hommes et les garçons à l'école.
    Dans un des témoignages, un père d'un garçon de 13 ans (un garçon très masculin qui mesure 6 pieds et fier d'être un mâle) a téléphoné pour dénoncer que son garçon s'est fait humilier à l'école dans sa masculinité. Une pratique qui serait beaucoup plus répandue qu'on le croirait.
    La professeurE lui a donné un devoir qui comptait pour 50% de la note finale et qui consistait à faire un short en "Petit point" (Un genre de tricot). Le garçon était complètement humilié dans sa masculinité et le père a voulu dénoncer ces pratiques féministes anti-homme.
    Il y a plusieurs autres témoignages intéressants du genre qui témoignent des ProfesseurEs féministes enragés qui castre psychologiquement les garçons à l'école et qui veulent les priver de leur masculinité et en faire des "moumounes".
    Les garçons auraient de graves problèmes à l'école entre autre à cause de ce genre de femme.
    Bonne écoute !

    Louis Zanella

    Et d’une autre :

    Stéphanie Desrosiers

    Je suis mère de deux garçons. Je dois dire que j'en ai entendu de toutes les couleurs sur les garçons par des professeurs, moniteurs voire, par beaucoup de personnes en situation d'autorité.

    Vous êtes vous déjà fait dire par quelqu'un que si vous mettez au monde une fille il voudrait être parrain, et si c'était un garçon, il ne le voulait pas parce qu'il aime mieux les filles? Moi oui. En pleine grossesse. Juste avant d'annoncer le résultat de mon échographie. Mon dernier enfant prévu. Imaginez mon sentiment. Tout le monde vous souhaite une fille. Tout le monde vous dit après votre annonce: «Ah... Dommage, le prochain sera peut-être une fille, je te le souhaite...»

    J'ai eu plusieurs périodes de découragement face à ce sujet. Bizarrement, mes garçons n'étaient pas la cible directe, mais plutôt indirecte. Parce qu'ils entendent sans le mériter ce qui devraient leur ressembler, parce qu'ils sont des gars, l'étiquette, ils la portent parce qu'ils sont des gars en dévellopement, mais elle ne leur appartient pas. Ils sont assez disciplinés en classe. Ils écoutent et font de leur mieux et réussisent bien, mais on dirait que ce n'est pas assez... Le discours est le même pour tous les garçons. Ils doivent entendre le discours du clan dans lequel ils sont mis. Ils ne prennent pas de Ritalin, n'ont pas de problèmes de comportement, n'ont pas de difficulté insurmontable à l'école, ne sont pas particulièrement agités. Ils ont un énorme sens de l'humour. Ils font beaucoup de sports encadrés et sont souvent entourés d'autres garçons de leurs âges. Ils adorent les filles, tous les deux, mais sont à l'âge de vouloir se retrouver plus souvent entre gars. Ils ont une très bonne opinion des filles. Ils se chamaillent avec un énorme plaisir... Ils ne se font jamais mal. Je me ferme les yeux un peu et après quelques temps, je dis "Ok, ça suffit changez de jeu!" (c'est surtout pour ne pas déranger les voisins) Et, ils ont eu leur dose de plaisir pur. Et, je ne vois pas le mal. Lorsque j'étais jeune tous les gars faisaient ça. Et, j'enviais leurs jeux parce que je ne pouvais pas jouer avec eux c'était un peu trop aggressif, et mes copines n'aimaient pas ces jeux, je crois... J'aurais bien joué ainsi avec elles et les renversées à force un peu plus égale.

    Bon, le problème que je vois c'est surtout ces commentaires de comparaisons dénigrants pour les garçons et valorisants pour les filles venant des adultes responsables de nos jeunes. Effectivement, à grandir en sentant que la nature des filles est plus fortes que celle des garçons parce que meilleures, et plus performantes dans certains sphères n'est pas acceptable. Leur délicatesse, leur sensibilité, facilité de communiquer... ne sont pas des faiblesses mais un atout. Les garçons, leur force, leur agressivité, leur combativité est une faiblesse, mais si une femme les possèdent c'est un atout majeur pour entrer dans les domaines réservés anciennement aux hommes. Alors, on voudrait que l'homme soit délicat, sensible et tranquille... Comment des enseignants peuvent-ils parler ainsi. J'ai l'impression qu'ils ont tous le même discours, comme si cela avait été appris par coeur. C'est peut-être plus facile pour eux, quelqu'un qui apprend comme une fille dans le cadre de leur mode d'enseignement, mais cela n'enlève en rien le besoin de la société de posséder la nature des gars. Il y a des domaines où les femmes dominent en masse, il y a aussi des domaines où les hommes dominent en masse. Je parle de dominatiion par le nombre dans certain métier et pour certaines tâches. Et c'est PARFOIS normal puisque c'est un choix de chaque sexe, des préférences pourquoi vouloir imposer les choix des autres? Pourquoi vouloir changer les choses si cela revient un choix individuel. Se faire refuser un emploi parce qu'on a un sexe plutôt qu'un autre est une chose, mais vouloir orienter les femmes et les hommes vers des métiers ou domaines qui ne leur conviennent pas, où ils n'ont pas davantage naturellement en est une autre. Et, avouons-le, c'est très bien ainsi. Car, dans notre quotidien, que la société où certains groupes veulent changer les choses ou non, dans nos demeures, certaines choses resteront aux hommes et d'autres aux femmes. On en parle pas, mais on le fait. S'ils veulent s'échanger les tâches ça les regarde, mais c'est plus agréable lorsque chacun utilise ses forces. C'est se facilité la vie et agir logiquement. J'en parle souvent à mes garçons. Ils doivent eux aussi apprendre à se faire respecter, accepter et à faire des compromis. Mais personne n'a à dénigrer leur nature et eux n'ont pas à dénigrer la nature des femmes. Ils ne le font pas. Et, jusqu'ici, arrivent à se faire respecter en parlant et en disant eux-mêmes qu'ils ne méritent pas certaines paroles, certains stéréotypes. Qu'ils n'ont pas à se justifier de certaines préférences comme une fille n'a pas à se justifier d'aimer nourir ses poupées. Les filles lorsqu'elles jouent à des jeux de filles, personne ne les embêtent. C'est tellement «cute».

    L'un deux est adolescent, et il se fâche à chaque fois qu'il voit des annonces télévisés montrant les hommes et les gars comme s'ils étaient les pires des cons... De purs imbéciles. Il m'a dit l'autre jour que s'ils y avaient autant d'annonces montrant les femmes comme si elles étaient connes, ça ne passeraient pas. Et qu'il comprendrait très bien pourquoi. Mais qu'il ne comprend pas pourquoi les hommes se laissent encore passé pour des cons.


    http://www.cyberpresse.ca/article/20071017/CPSOLEIL/71015118/5826/CPSOLEIL

    M. Théberge,

    Ministre de l’éducation,

    Bonjour,

    J’apprécie particulièrement vos commentaires à l’égard de la génération montante, une génération sacrifiée, délaissée à elle-même.
    Étant moi-même père d’un fils que j’ai vu naitre, téter les seins de sa mère, marcher à quatre pattes, etc… Il a maintenant 13 ans et inscrit en Art-Sport-Études, je suis très fier de l’avoir vu grandir, d'avoir participé à son épanouissement personnel… Si je n’abuse, le but ultime de l’éducation parentale est que nos enfants deviennent totalement indépendants quand les circonstances seront toutes réunies. Il y va de notre ministère de l’éducation de nous appuyer dans les enseignements nécessaires à cette réussite sociale collective.

    Hors les dernières réformes sont constituées d’ambigüités ont ne pourrait plus alarmantes ! D’ailleurs les études nous démontrent malheureusement que les enfants demeurent de plus en plus longtemps chez leurs parents et cela est plus vrai pour les garçons que pour les filles. Elles semblent d’avantage motivées par notre système à tirer leur épingle du jeu. Faut dire aussi qu’elles ont un programme spécifique pour les soutenir dans cette démarche individuelle de l’indépendance : Chapeau les filles ! Malheureusement aucun équivalant masculin pour l’autre moitié de la population !

    Ces réformes ont bien mis de l’avant l’apprentissage plus rapide des filles à la lecture comme au développement du langage, laissant nos gars derrières. Quand les connaissances pédagogiques et scientifiques ne servent qu’à diminuer l’instruction d’une partie donnée de la population. Notre ministère de l’éducation ne favorisant point la conjoncture des éléments essentiels à cette indépendance très saine que toutes sociétés, que tous parents désirent pour leur progéniture. La féminisation en éducation, la super-protection maternelle ou l’exclusion sociale des garçons sont des facteurs qui nous causent tant de difficultés sociales présentement mais encore plus à venir. Surveillons donc le taux de suicides masculins.

    Ils sont, nos garçons, très volontairement gardé dans la ouate, loin de la réalité de marché du travail comme vous dites que dans le seul but de leur nuire. Au départ ils n’auront pas la même chance à l’éducation, l’épanouissement personnel et professionnel. Pour ne pas les frustrer, il ne faut surtout pas les comparer. Mais quel non sens ! C’est pourtant la réalité humaine et si je peux me permettre de soulever la contradiction ici, toute leur vie d’adulte comme celle de leur vie d’étudiant, ils ne seront pas comparés entre eux mais par rapport aux filles. Le monde, notre beau monde égalitaire les scindant en deux partie opposées plutôt que complémentaires. La femme étant la seule norme acceptable .Toute la société québécoise, y compris ces futures femmes, en payeront le prix car socialement ils et elles vivront ensembles demain comme la grande force du travail au Québec…
    Faudrait apprendre au Québec à nommer les choses par leur vrai nom : le ministère de l’exclusion éducative des garçons et du partage du savoir avec les filles. Il y a fort à parier que demain même ces femmes à devenir ne soient plus des Libéraux… Car se faisant c’est toute la population qu’ils ont laissé tomber pour atteindre l’égalité, en nivelant par le bas ! La vraie question de société autant que personnelle ici est de savoir si elles désireront être en couple avec ces moumounes créés de toutes pièces par nos dirigeants actuels ?
    Si comme moi vous soupçonnez que la réponse est non, alors il y a atteinte non seulement envers les garçons mais envers la population québécoise complète et sa survie car cet écart ne fera que faire croitre la dénatalité d’avantage…
    Le ministère de l’irresponsabilité sociale québécois aurait avantage à bien faire ses devoirs à l’avenir du peuple…

    Rimouski, le 20/01/04

    Mme De Champlain,

    Bonjour,

    Juste une petite note pour vous dire que j’ai appris à lire entre les lignes, entre autres !

    Extrait de : D’un à l’autre, École Élisabeth-Turgeon, volume 2, numéro 4, décembre 03 et janvier 04, dont je n’ai pas eue copie de l’école !
    … Souhaitons-nous beaucoup de Paix, d’Amour et de Joie pour la nouvelle année surtout une vitalité éducative et sociale accrue, nourrie de partenariats et d’échanges vivifiants.

    Souhaitons-nous beaucoup de Paix (donc moins d’hommes, surtout s’ils sont des pères impliqués), d’Amour (entre-nous) et de Joie (de participer à leur élimination) pour la nouvelle année surtout une vitalité éducative (pour nos jeunes filles UNIQUEMENT) et sociale accrue (pour nos femmes), nourrie de partenariats (monolithiques) et d’échanges vivifiants (et lucratifs pour la gent féminine anti-mâleS).

    Puisque Dominic va bien vous m’avez fait une grosse allusion en me demandant pourquoi alors je m’en mêle ? Mariette, elle, n’est pas une femme battue mais ELLE, elle peut s’en mêler (?) et même pas correctement en plus, politiquement incorrecte, toujours deux poids deux mesures comme d’habitude…Sans oublier qu’elle peut mentir à nos enfants et ce avec votre bénédiction…Et puis Dominic n’est pas un pauvre africain mais il participe à la dictée PGL ! Mais là vous n’avez pas tenté de m’en décourager, bizarre : deux poids deux mesures encore. En guise de pistes : aider son prochain, bonté, charité, bienfaisance, entraide, support social, secours, combattre les injustices, surtout si elles atteignent les enfants, humanité, altruisme, philanthropie, équité, justice, égalité, etc…HOP, quand ces mots prennent une saveur toute masculine, et réel, ça dérange !

    Vous refusez le partenariat avec des pères pour le faire avec des femmes seulement et après vous décrirez sûrement que les hommes sont tous des irresponsables incapables de se prendrent en mains…Alors que c’est vous qui nous mettez de côté !!! Vous faites par ce fait même une prise en charge masculine que pour mieux nous dénigrer par la suite ! Pourtant mes consœurs de la condition féminine ont dépensé des millions en études universitaires pour en arriver à la conclusion que le fait de ne pas répondre ou simplement d’ignorer quelqu’un (entendre quelqu’une) c’est une forme de violence, droit que vous les femmes vous vous octroyez régulièrement, quel beau gaspillage de taxes publiques, encore et au risque de me répéter deux poids deux mesures.
    Finalement lors de la remise du dernier bulletin Mariette nous a admise ‘’être agréablement surprise par Dominic’’ en parlant de ses résultats, alors que j’avais très bien déclaré lors de notre première réunion dans votre bureau qu’il n’a aucun problème d’apprentissage, pourquoi aurait-elle prise considération de mes paroles ; Je ne suis qu’un crétin d’homme, de père, un non-femme tel que nous sommes reconnus socialement tout comme en éducation...


    LE RETOUR À L'ÉCOLE FAIT COULER BEAUCOUP D'ENCRE

    Quel jeu de mots ! ! ! C’est sur presque tous les médias écrits et sur le net par les temps qui courent ! Pédagogie, controverses, réforme scolaire, nouveaux bulletins, transport scolaire et sécurité, démographie, entendu aussi à la radio celle-là, démagogie, le décrochage scolaire, problèmes organisationnels familiaux, achats, dépenses astronomiques pour une supposée éducation gratuite, élections à venir, le parascolaire, alouette et j’en passe… Oufffff….

    Étant père d’un garçon, moi mes préoccupations sont ailleurs. Ces grands délaissés par notre majorité d’enseignantes ! Ceux qui portent tous les maux de la terre nous disent les fémi-extrémistes ! Vous trouvez que le mot est fort ? Moi je vous affirme qu’il est même doux à la limite, juste et réaliste !

    Au fait qui les éduque ? Qui leur enseigne ? Juste pour être clair sur les responsabilités cette question ! Maintenant que j’ai dénoncé l’indénoncable : l’incompétence de certaines, je me donne comme autre but de vous prouvez leur acharnement thérapeutique(?) haineux pour les guérir de leur masculinité. Car il faut soigner ça ! ! ! Pathologie sociétale contemporaine s’il y en est une !

    Un tout petit fait, presqu’anodin, parmi tant d’autres. Et c’est bien là le grand malheur : parmi tant d’autres… Mon fils avait terminé ses maths et commença alors à dessiner, ce qui lui est permis vu ses notes. Il est encore inscrit en ASE (art-sport-étude) vous soit mentionné en passant… Donc il dessinait paisiblement… C’est à ce moment, en 4e année, que la thérapie féministe le frappait violement de nouveau que pour mieux écraser son identité masculine encore très fragile à son âge pourtant si jeune. Coupable avec une note pour les parents décida-t-elle alors ! Mais de quoi ? Non, non je ne rigole pas là ! Coupable d’avoir dessiné… Un lamentable beau dragon !

    N.B. : Lors d’un concours de dessin subséquent à cette agression désobligeante de sa part, cette prof demanda secrètement aux filles, durant la récréation, de ne pas voter pour mon fils mais bien pour une fille ! Qui gagna le premier prix, Dominic était donc 2e cette étrange fois là ! Mais tout finit par se savoir et par une copine qui trouva la prof injuste à son égard par surcroît ! Voyez qu’il y a encore un mince espoir…

    Cet amas de chaire humaine pro-féministe-extrémiste dont seulement la haine envers les petits garçons dépasse son incompétence pédagogique transversale post réformiste avait décidé que les dragons c’est violent à dessiner ! Elle m’expliqua alors que les dragons c’est relié au karaté et que le karaté ça tue ! Ho boy ! ! ! Pas encore sorti du bois là nous autres ! Ça pourrait aussi sauver la vie d’une femme qui se fait attaquer, non ? Les noix, un lac comme des abeilles, par simple exemple peuvent aussi tuer, non ? La vie en elle-même est mortelle !

    Quant à être tordu, je le peux aussi, jusque moi ça me demande un effort ; c’est pas dans ma nature disons simplement. Ainsi la petite fille assise à ses côtés avait dessiné des fleurs et un papillon sous le chaud soleil d’été. Ok là je pars ! Sous ce brillant soleil se cache aussi des dangers pour la vie humaine ! Cancer potentiel ? N’importe quel conducteur vous avouera avoir été aveuglé au moins une fois dans sa vie par le soleil. Cela a pu servir d’explication pour bien des accidents, mêmes mortels !?! Causé par l’éblouissement du soleil alors si ardent à cette heure-là, croient les experts en scène d’accidents, il a perdu le contrôle avant d’aller choir mortellement avec son véhicule sur un gros chêne. Il a pris le champ en bon québécois ! Ce faisant il a écrasé des tas de fleurs avant d’attaquer un innocent arbre ! C’est ce qu’il recevra d’ailleurs au salon mortuaire : des fleurs ! Aucun dragon par contre ! Ou peut-être a-t-elle dessiné des fleurs pour mieux rire de ceux qui y sont allergiques ? Pour ce qui est du papillon peut-être, cache-t-elle, à peine, une menace contre le système informatique de la CS ? En effet le terme informatique``un bug’’ est justement né suite à l’intrusion d’un papillon dans un ordi qui a fait sauté son système ! Voyez comme c’est facile d’être sauté et demi ! S’agit juste de le vouloir… Le tout était dessiné sur du papier, ce qui peut toujours servir à mettre le feu ! Hummmm…?

    Bien sûr que je me suis rendu à l’école ! Je lui ai expliqué que mon fils n’a jamais fait de karaté de sa vie. Rien à faire. Mieux encore ! Il est médaillé en Tai-kwon-Do, je lui ai précisé, qui a un crédo de respect et de contrôle de soi et qu’il lui est strictement interdit d’utiliser en dehors des cours sous peine d’expulsion du club ! Et pas de dragon dans ça ! Rien à faire là ! Je lui ai même expliqué qu’il est un fervent joueur de Yo-Guy-Ho, jeu de cartes stratégique et mathématique (où il excelle) qui utilise des dragons paisibles comme personnages ! Rien n’y fait toujours. Je lui montre des cartes, toujours intraitable ! Tenez, aller vérifier par vous-même : http://yugiohqc.clicboard.com/, ici j’ai pris au hasard un lien dans les choses de fiston. Elle demeura toujours sur sa position haineuse… À un point tel que j’ai dû faire appel à la direction de l’école, qui menous donna raison et effaça cet avertissement malhonnête de violence contrefait et empreint d’hostilité, on ne peut plus haineux, envers la moitié masculine de sa classe, de la société, du monde…

    Alors comme vous pouvez le constater :

    Le terme fémi-extrémiste est pleinement mérité ici !

    Puisque se sont majoritairement des femmes qui enseignent à nos jeunes garçons et qu’ils sont ceux qui décrochent le plus, elles doivent y avoir une part de responsabilité. Vous doutez du lien causal ici ? Quoi ? Vous dites qu’elles sont des irresponsables, alors ?

    Certaines professeures sont plus nuisibles et destructives qu’autres choses envers nos garçons ! Pourtant elles sont permises à l’école, elles…

    Ainsi ces dames à qui l’état nous force de laisser nos enfants, nos garçons surtout, n’ont pas su en faire un environnement plaisant et titulaire d’avancement pour eux. Le taux exorbitant de décrocheurs scolaires, 80% des gars dois-je vous le rappeler, est sans contre dit un gros échec féminin s’il en est un ! Gros échec de société aussi et c’est pas le seul… 80% des décrocheurs scolaires sont issus de foyer monoparental !

    Le soleil peut être mortel.

    Les automobiles tuent des gens par milliers annuellement dans ce bas monde. Pourtant il est permis d’en dessiner à l’école… Même que sa prof en possède une ! Meurtrière potentielle à devenir ?

    Les dragons n’ont jamais tué personne ! Mais ils ont amusé des jeunes depuis la nuit des temps. Stimulant leur imagination…

    Avec leur complicité dans le jeu, les dragons enseignent mieux que certaines professeures à nos jeunes comment compter !

    Les fleurs sont beaucoup plus associées à la mort que les dragons !

    Les papillons représentent un danger pour votre système informatique !


    À défaut d’assimiler féminisme 101 on les fait redoubler encore et encore, sinon on les soigne au Ritalin. Puis on leur enseigne à être sage… comme des filles ! Durant ce même temps on enseigne à nos jeunes filles à être agressives comme… des garçons, cherchez l’erreur ! En est-ce vraiment une ou juste un mauvais coup monté ?

    Alors que le retour en classe ne fait couler de l’encre qu’une certaine période de année, la fémi-haine ici démontrée et prouvée, elle, en fait couler à l’année longue par ses injustices à sens unique…

    Et celle-ci est dirigé uniquement vers ceux, qui par oh (!) grand malheur ne sont que des non femmes… Contrairement à la réussite scolaire qui elle est dirigée envers celles qui sont justement des non gars exclusivement !

    Non mais quels constats et résultats de société malade, non ?

    Quelle belle façon de préparer l’avenir de notre jeunesse !

    Pour enrichir les filles on les éduque, pour appauvrir une société dans tous les sens du terme on en bafoue la moitié masculine. Pis là les filles sont supposément plus heureuses...?

    Nivèlement par le bas !

    Personne n’y gagne vraiment vous savez…


    70% des femmes mentent, le Rapport Rondeau MSSS 2004

    Les textes suivant sont sur le site de l’Après-rupture (http://www.lapresrupture.qc.ca/) ainsi que les liens pour Toutes les entrevues d'importance ou presque.
    Il est essentiel d’écouter cela!!!

    Le jeudi 15 mai 2008
    De moins en moins de crimes à Montréal
    Carole Touzin, LaPresse
    (...)
    La criminalité a diminué de 8% dans la métropole par rapport à 2006, selon le bilan 2007 de la police de Montréal présenté, hier.
    «L'évolution de la criminalité va dans le bon sens. Montréal est l'une des grandes villes les plus sécuritaires en Amérique du Nord», a souligné le chef Delorme.
    Les tentatives de meurtre, qui n'avaient cessé d'augmenter de 2003 à 2006, ont connu une baisse importante cette année (157 en 2006 contre 106 en 2007). Même constat pour les agressions sexuelles qui ont diminué de 22%. «C'est le nombre d'agressions sexuelles le moins élevé depuis 10 ans», a fait valoir le chef Delorme.
    (...)
    Hon! Ce ne serait donc pas une femme sur trois !? M'enfin!?!?

    1/3-1/3-1/3-1/3-1/31/3-1/3-1/3-1/3-1/31/3-1/3-1/3-1/3-1/31/3-1/3-1/3-1/3-1/31/3-1/3-1/3-1/3-1/3


  • En ce qui concerne la propagande gouvernementale, nous avons recueilli les différentes réactions de la campagne "Brisons le Silence" sur un espace intitulé "Brisons le Mensonge"

    http://brisonslemensonge.blogspot.com/

    Le vent commence à tourner,
    lentement mais sûrement...

  • Chers intéressé(e)s,

    "Lorsque le tribunal viole le language clair et non-ambiguë de la Constitution, une fraude est commise et nulle n'est tenu de s'y conformer" (Voir: 16 Ma. Jur. 2d 177, 178) State v. Sutton, 63 Minn. 147, 65 NW 262, 30 L.R.A. 630 Am. St. 459.) http://www.constitution.org/cons/const_quotes.txt

    Cette jurisprudence traduite est de provenance américaine et reflète bien la situation qui prévaut au Québec. Cependant, sachant que la Législature québécoise n'a pas certifié -- le 17 Avril, 1982 -- son appui à l'administration de la Charte canadienne dans les affaires de l'état, ce dernier -- sans vouloir soutenir par le biais d'une commission de droit la supervision constitutionelle de ses lois ainsi que leur exécution -- manifeste toujours le désir néfaste d'imposer une idéologie non-conforme à la Règle de Droit dans le but réel et bien arrêté d'assurer la défranchisation illicite de la grossière majorité des pères pourvoyeurs.

    Une commission d'enquête sur l'administration de la justice, au Québec? Qui assurera l'indépendance de cette enquête publique si les membres de cette commission sont assignés par l'état? Donc, une enquête publique, oui, supervisée par une entité indépendante régie par le droit international ... absolument! Bienvenue à la Commission de la Règle de Droit EQUITAS!

    À Suivre ...

    Daniel Couture
    Analyste Juridique
    EQUITAS (District du Canada)
    http://www.eqrolc.ca

  • Peut-être est ce parce que je suis un papa à la maison, dans une maison pleine de femmes, et donc plus isolé que l'éléphant dans le salon québécois ma brisé en petit-morceau. Que cette misandrie omniprésente implacable et impitoyable m'a écrassé. Qu'elle a fait de moi une victime de la violance psychologique de cette société du misandrisme totalitaire. Contrairement à bien d'autre je ne me suis pas suicidé, j'ai eux la chance de parler et de me vider le coeur. J'avais pas vraiement de modèle masculin positif dans ma vie (vue mon isolement et mes amitié plus féminine) et le moi-réfléchit (appelons ça de même) que je recevais s'était la culture misandre pourri du Québec. À force de voir jour à près jours dans les médiasa les hommes dépeint comme des violeurs et des abuseurs en puissance aux informations, à force de voir nous dépeint dans les téléromans comme des adoatardés, des pas de collone et des caves, à force de nous voir dans les publicités comme des imbéciles qui bouffe des biscuits pour chien sauver de leur stupidité par une femme ominpotente et parfaites, de voir ces pub de la SAAQ, de la CSST, etc. où l'imbécile est toujours un homme. Ce dénigrement, cette violance psychologique car c'est bien de ça qu'il s'agit m'avait fait perdre toute estime de moi et toute confience en mais capacité. Pour me protégé de cette culture haineuse j'ai plus d'antène télé, la radio ne joue que des disques et le cinéma Québécois est banni à jamais. Il faudra vraiement que ça change ici parce que ça peut plus continuer comme ça. Je me fou pas mal d'être égale ou inférieure au femmes en autant que l'on me respecte et qu'on me traite avec équité. Je peux vivre sans problème avec un matriarcat débarassé de culture cette culture de haine des hommes.

  • Rebonjour à tous,

    Ça fait un bout! Mais il est mentionné ici que des types sont monté sur la structure d'un pont pour passer un message. Pour bien des médias à l'époque ce fut le temps de la gignolé des risés pour leur faire perdre toute crédibilité. L'oublie la plus totale sur la demande à l'époque.

    Coup de théatre!!!

    Ce que l'on ne parle de, dans tous les médias c'est une déclaration de notre ancien Ministre de la Justice en personne: La corruption de notre système de dite justice. Je vous laisse donc avec cette réponse publiée dans un hebdo locale concernant cette histoire.

    Ben oui M. Michaud les ‘’blockers’’ de pont sont de retour dans l’actualité. Mais ils en ont le droit tout comme les camionneurs qui, à l’époque, avaient barré l’entré au NB sur la transcanadienne, la 132 quoi. Mais il y a aussi eu les fermiers de l’ouest qui ont pris la transcanadienne de l’extrême ouest jusque dans la ville d’Ottawa commettant 2 infractions distinctes; la première circuler moins rapidement que la limite permise, soit moins que 60 km/h et se promener dans la ville d’Ottawa en tracteur, eux aussi ont le droit. Puis il ne faut surtout pas oublier nos travailleuses en garderies qui ont bloqué la 10, la 15, la 20, la 55 et j’en passe… Les chauffeurs d‘autobus et du métro de Montréal qui ont paralysé la ville au complet sans conséquence aucune également.

    Il semble bien que tout se beau monde soit au dessus des lois. Quand c’est un père de Fathers 4 Justice là c’est pas pareil et tout le monde est bien content que la police intervienne pourtant, deux poids deux mesures!

    Ça doit vous rappelez quelques souvenirs ça chers lecteurs? Et un d’entre vous peut-il me dire quelles sont les demandes et revendications de Fathers 4 Justice? Non, trop facile de les juger, Dieu sait pourquoi, si différemment que les autres peut-être? Pourtant Robin (Benoit Leroux) et Andy Scrougy ont bel et bien été ‘’invités’’ à ce présenter au palais de justice pour avoir été sur le pont Jacques-Cartier. Ils auraient aussi pu le faire sur le même pont que les Mohawks ont bloqué ça n’aurait rien changé, on s’entend?

    Bien maintenant tout le Québec suit ce qui arrive avec l’escouade Marteau et le fameux cas Bellemare vs Jean Charest. Ce sont des problèmes humains aussi vieux que la race : lorsque l’homme a un pouvoir il en abuse. Et ce n’est pas infaillible mais c’est humain et personne n’est au dessus de la nature humaine…

    Bien laissez-moi SVP vous rafraichir la mémoire un peu, les revendications générales de Fathers 4 Justice sont de l’ordre légale concernant principalement le droit des enfants à avoir leurs deux parents impliqués dans leur vie. Maintenant vous savez quelle était la revendication spécifique d’Andy? Il avait demandé, voire exigé, qu’il y ait une enquête publique sur l’administration de la justice québécoise avant de descendre! Geste pour lequel la population en général et le tribunal en particulier l’ont déclaré coupable. Il avait pourtant obtenu un mensonge, sous forme de promesse, de la part de la police, merci monsieur l’agent vous êtes d’une honnêteté exemplaire, à savoir que le ministère de la justice ferait une enquête sur la…dite justice! Il a eu une sentence pour son geste. Et devinez quoi? Bien là M. Bellemare ANCIEN MINISTRE de la JUSTICE tient exactement le même discours qu’Andy avait tenu à l’époque!!! Étrange vous ne trouvez pas?

    Et notre frisé nationale sans couille,( Lui c’est notre premier ministre que nos amis d’urope suivent bien le fil, ici) la même journée de demander enquête (bidon! Exécutée par un de ses amis connu pour ses allégeances libérale) concernant ces allégations et de faire une mise en demeure, toujours la même journée, à M. Bellemare pour atteinte à sa réputation. Plus antinomique que ça tu meurs!!! C’est bien à l’image du peuple qui l’a porté au pouvoir!!!

    De grâce arrêter tous, de ceux qui le font, de jouer à la vierge offensée, ça ne sert point votre cause, bien au contraire. Monter sur un pont est un geste courageux, si vous n’avez pas retenu le pourquoi c’est que de un: vous avez déjà oublié ou de deux : trop empressé de juger vous n’aviez même pas écouté. Mais la corruption judiciaire avait pourtant été dénoncée par Andy, rien de nouveau sous notre beau soleil ardent si ce n’est que sa présence exceptionnelle cette été.

    Father 4 Justice sera présent à Québec lors du procès en question en guise de solidarité envers ce courageux délateur.
    Jean-Marc Bessette
    F4J

Les commentaires sont fermés.